electrocd

Détail des pistes

Invisible Irène

Jean-Claude Risset

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 16:26
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Sonic Arts Network

Stéréo

À Irène Jarsky

Invisible Irène (présentée en version 2 pistes), sur des textes de Tchouang-tseu, commande du Sonic Arts Network, est une pièce pour bande seule dédiée à Irène Jarsky. Dans cette pièce comme dans Invisible, version plus longue pour soprano et bande, on entend la voix d’Irène Jarsky, parlée et chantée, ralentie, imitée par des voix de synthèse, et même «hybridée» avec le souffle du vent, à l’instar de Cézanne, qui voulait allier «des courbes de femmes à des épaules de colline». L’œuvre a été inspirée par le livre Le città invisibili d’Italo Calvino, et aussi par les écrits du philosophe et poète taoïste chinois Tchouang-tseu, évoquant les sons et les êtres, le ciel et la terre, le souffle, la parole, l’idée, le vide. Elle cite brièvement aussi Wang Wei, Lao Tseu, Dante, Basho, Heine, Goethe, Longfellow et Leopardi.

Certains des sons qui répondent à la voix d’Irène Jarsky ne viennent pas eux non plus d’un monde physique, visible, palpable. Les transformations de la voix la transportent dans une acoustique fictive, qui n’est plus la trace audible de vibrations mécaniques dans un monde matériel. Le recours à la synthèse et au traitement numérique de la voix permet de mettre en œuvre des processus immatériels, des espaces imaginés, à l’instar des cités invisibles de Calvino. La pièce a été réalisée à Marseille — au GMEM et au LMA du CNRS. Les sons qui accompagnent la soprano ont été obtenus par des processus de synthèse ou de traitement numérique de la voix qui tirent parti des ressources du GMEM et des recherches effectuées dans l’Équipe Informatique Musicale du LMA. On entend ainsi des voix imaginaires synthétisées par le programme MUSIC V, des harmonies-timbres réalisées grâce à MUSIC V ou SYTER, des ralentissements ou accélérations sans transposition, harmonisations, hybrides de voix et de vent produits à l’aide du programme SOUND MUTATIONS qui fait appel aux grains de Gabor ou aux ondelettes. L’auteur remercie particulièrement Daniel Arfib et Thierry Voinier.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Distinctions

Elementa

Jean-Claude Risset

  • Année de composition: 1998
  • Durée: 22:04
  • Instrumentation: support 4 canaux

Stéréo

Elementa est délibérément électroacoustique. Avec son recours au sampling et au mix, la musique électronique populaire rejoint — un demi-siècle plus tard — certaines démarches originaires de la musique concrète. Je ne suis ni connaisseur ni amateur de techno, mais j’ai dans cette pièce repris, ici et là, des fragments de mes propres compositions, et surtout des sons prélevés «dans l’os-même de la nature» — parfois des paysages sonores simplement cadrés, plus souvent des spectres, des ambiances, des élans, travaillés et incrustés dans le tissu musical, voire tissés en figures, phrases, développements et sections: un travail de composition, mais attentif à l’autonomie d’objets organiques et à leur dynamique de flux, de durée et d’énergie. Les éléments invoqués ici sont ceux d’Empédocle: la terre, l’eau, l’air et le feu. Le matériau provient surtout d’enregistrements de manifestations sonores issues des quatre éléments. Les sources sonores ne sont pas masquées: j’ai tiré parti de leurs connotations et de leurs implications symboliques.

La pièce comporte aussi des sons synthétisés à l’aide du programme MUSIC V, qui miment les allures propres aux quatre états de la matière — objets sonores «solides», textures fluides, souffles éoliens et bruiteux, timbres «ionisés» aigus, mobiles et dissociés. Du feu émergent, comme des incantations de pythie, les vocalisations d’Irène Jarsky et de Maria Tegzes. Les quatre éléments apparaissent dans l’ordre suivant: Aqua. Milieu primal, l’élément liquide, humide, perfide, c’est aussi la fluidité des matières en fusion, comme les trames inharmoniques qui se retrouveront figées en cloches dans le dernier volet. L’eau goutte, coule, clapote, déferle — ruisseau, torrent, fleuve, cataracte: tribut d’eaux vives qui descendent à la mer; Focus. Le feu est ambivalent: chaleureux et terrible, pétillant, vif, ardent, mais aussi dévorant et destructeur. Sons divisés, pulvérisés, sans cesse en mouvement. Un feu de broussailles où se met le vent. Le crépitement excite des filtres résonants à son rythme propre. L’incendie grossit et submerge un temps le flamboiement des vocalises. À la fin, le feu tourne dans le sens des astres — boules de feu célestes; Aer. Aux slaps de la flûte répondent les souffles éoliens dans les roseaux, les harmoniques de l’expiration forcée dans les tuyaux, et l’air qui à la fois soutient et sonne, mis en mouvement par des ailes d’insectes ou dans des tuyères. En coda, une ronde des sept vents — ar seiz avel; Terra. Notre sphère vitale: c’est le volet le plus développé. Les ordres minéral, végétal et animal. L’état solide, ses différentes formes de vibration: roulement, frottement, percussion, grincement, pincement, explosion. Après une longue expectative et au bout d’une passacaille de cailloux, tout s’ébranle: dans une avalanche, même la terre et les pierres coulent.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Œuvre commandée par le Ministère de la Culture pour le cinquantième anniversaire de la musique concrète et réalisée à l’Ina-GRM. L’auteur remercie François Bayle, Daniel Teruggi et François Donato.

Création

  • 23 février 1998, Son-Mu 98: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France, Paris (France)