Prix Quadrivium, Bourges 1991 (2 × CD) Détail des œuvres

Up!

Justice Olsson

  • Année de composition: 1990
  • Durée: 25:00
  • Instrumentation: support

Up! signifie en anglais non seulement «vers le haut» mais aussi «debout!». En outre, en langage populaire, ce mot possède une connotation phallique qui peut être aussi bien sacrée que vulgaire. On trouve cette tension dialectique également dans le «scénario»: à peine éveillée à la vie sensuelle, une jeune fille rencontre un jeune garçon dans la rue en train de participer aux festivités du Mardi Gras. Ses yeux d’une couleur étrange présagent la mort plutôt que la vie […].

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Distinctions

Alias

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1990
  • Durée: 13:46
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Kungliga Musikaliska Akademien
  • ISWC: T9121357946

Le point de départ d’Alias est la dualité entre l’existence intérieure et extérieure, ici vue à travers la vie, la musique et le destin du compositeur de la Renaissance Carlo Gesualdo di Venosa (1560-1613). Toutefois, Alias n’est pas une tentative d’illustration des identités changeantes de Gesualdo, mais plutôt, dans un sens plus large, une réflexion sur les relations entre l’artiste et son œuvre.

Alias comporte deux mouvements dont le premier est basé sur un fragment de la chanson d’amour A Shepherd in a Shade de John Dowland (1562-1626), contemporain de Gesualdo. La phrase «Restore, restore my heart again / Which love by thy sweet looks hath slain» [«Restaure, restaure mon cœur / Que l’amour par tes doux regards a tué»] a été déstructurée, traitée et retraitée en une série de variations produites de manière linéaire. La partie traditionnelle de luth a été fortement stylisée en un accord formé de la note la et de ses 16 premiers harmoniques. La fonction des sons de cordes pincées est toutefois essentiellement la même que dans la partie traditionnelle de luth.

Le second mouvement tente d’esquisser une image légèrement surréaliste de ce qui pourrait probablement traverser l’esprit du compositeur vieillissant et de son uxoricide. Ceci est réalisé par l’utilisation des citations de quelques-uns des derniers motets de Gesualdo, fondus avec la chanson d’amour de Dowland maintenant dans sa forme originale.

«… la musique de Parmerud est aussi claire que du verre, que l’on parle de musique électronique pure ou d’une combinaison d’instruments ‘normaux’ et d’électronique… Sa pièce Alias est probablement la plus belle pièce de musique électroacoustique jamais composée…» — Tidskriften Musik (Stockholm, Suède, 1994)

[vii-18]


Alias a été réalisée en 1990 dans le studio du compositeur à Göteborg (Suède) et a été créée le 13 mai 1990 à la Musikaliska Akademien à Stockholm (Suède). Elle est une commande de la Kungliga Musikaliska Akademien (Académie royale de musique). Merci à Astrid Pernille Hartmann (voix enregistrée). Alias a obtenu le Premier prix au 19e Concours international de musiques électroacoustiques de Bourges (France, 1991).


Création

  • 13 mai 1990, Concert, Kungliga Musikaliska Akademien, Stockholm (Suède)

Distinctions

Time and Fire

Andrew Lewis

  • Année de composition: 1987-90, 2013
  • Durée: 11:43
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0114379826
À Bethany

Time and Fire représente la quête d’un langage plus complexe et évolutif, capable d’alimenter son argumentaire sur de longues périodes. Cette quête m’a mené à un tissu musical d’une grande intensité, qui offre à l’auditeur un roulement très rapide de matériel, sans indications structurelles évidentes. Les idées musicales passent en coup de vent; elles éclosent brièvement avant d’être consumées par celles qui les suivent.

La division régulière du temps vient stabiliser ce feu roulant d’idées: la notion de pulsation, qu’elle se manifeste par la répétition périodique d’événements sonores individuels ou par les micropulsations se trouvant au cœur de l’évolution spectral des sons. Les matières les plus complexes de l’œuvre sont, pour la plupart, ponctuées d’un ‘rythme’ subtil, mais bien tangible qui détermine le positionnement des principaux événements et ouvre la voie à des variations expressives du tempo. C’est à cette division régulière du «temps» que s’accroche l’apparente complexité de la surface incandescente de cette musique — le «feu».

[traduction française: François Couture, ix-13]


Time and Fire [Le temps et le feu] a été réalisée entre 1987 et 1990 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et elle a été créée le 12 septembre 1990 pendant l’International Computer Music Conference (ICMC ’90), à la salle Stevenson Hall du Royal Conservatoire of Scotland à Glasgow (Écosse, RU). Time and Fire s’est méritée une deuxième place au 19e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1991).


Création

  • 12 septembre 1990, ICMC 1990: Concert, Stevenson Hall — Royal Conservatoire of Scotland, Glasgow (Écosse, RU)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.