Magistères et Prix, Bourges 1994 (2 × CD) Détail des œuvres

Les corps éblouis

Christian Calon

  • Année de composition: 1992-93, 94
  • Durée: 22:46
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: État (Direction de la musique, France), Ina-GRM
À Chantal

Une expérience à la fois douloureuse et magnifique que celle de ce moment de conscience aiguë où la Matière par la prolifération de ses formes nous signifie abruptement la mesure de notre éphémère.
L’Un s’anéantissant dans le Nombre.
Magnificence de ce foisonnement et de chacune de ses fragiles manifestations.
L’étincellement de la Présence.
Moment admirable où s’embrassent les parallèles.
Et le Temps.

Quel autre pourrait être le sens de cette action, de ce foisonnement sonore, sinon une réponse à l’émerveillement infini devant la prodigalité luxuriante et la somptuosité de la Matière.
Et cette petite phrase, ces quelques mots qui tout au long m’ont accompagné ou guidé, je ne sais plus:

«Vint alors le printemps comme une draperie
Sur nos corps éblouis.»

— LF

Le défi technique et compositionnel de cette œuvre est le travail sur la métamorphose. Partant d’un matériau unique (guitare électrique) il me fallait trouver les outils et les procédés pour le faire évoluer dans une forme qui, à travers les transformations de la matière, engendrerait un effet de spirale.

Du point de vue formel, Les corps éblouis est une œuvre dans laquelle le développement de ce principe de métamorphose a pour résultat que la forme ne soit lisible que superficiellement, et qu’elle s’installe plutôt selon un processus irrationel chez l’auditeur.

[ii-98]


Les corps éblouis est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’Ina-GRM (Paris). et a été réalisée dans les studios du GRM (1992-93). Elle a été créée dans le cadre de Son-Mu en juin 1993 à la Salle Olivier Messiaen de la Maison de Radio France (Paris, France), dans une interprétation / projection de Francis Dhomont. L’œuvre remaniée en 1994 a été créée dans la présente version au Théâtre national de Marseille (France). Les corps éblouis s’est méritée le 2e prix du jury au 22e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1994) ainsi que des Distinctions au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1995, 97).


Création

  • Juin 1993, Francis Dhomont, diffusion • Son-Mu 93: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de la radio, Paris (France)

Distinctions

Krén

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1983
  • Durée: 17:15
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Rikskonserter
Ce texte n’est pas disponible en français.

The title Krén is a combination of the words kronos (time) and energy. These were the two formal qualities of the piece as it was conceived. It is divided into five sections that makes seamless transition into each other. This was the first time I used the “huge boom” in one of my pieces. It actually came as a result of me playing with my Yamaha DX-7 synthesizer that I just bought and it made this huge sound when I switched from one preset to another at some point of time. All in all the production was a mix of digital and analogue techniques ranging from DX-7, LinnDrum machine, PPG Wave synthesizer and a PDP-15 computer to analogue filters, mixer and multitrack tape recorder with a lot in between. Anyway, I decided to make a formal piece with a relative time disposal of 3-2-4-1-5 sort of a fan shaped distribution of time and then to use an inverted charge of relative energy for each section. The piece ended up as one of my longer compositions with its 19-minute duration.


Krén s’est méritée le 1er prix ex æquo au Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France).


Distinctions

Métamorphose d’un jaune citron

Patrick Ascione

  • Année de composition: 1979
  • Durée: 14:02
  • Instrumentation: support stéréo

Métamorphose d’un jaune citron est une sorte de peinture musicale. Sa démarche compositionnelle étant semblable à celle d’une œuvre picturale, les sons étant traités en tant que couleurs et valeurs. La bande magnétique se substitue à la toile de chevalet en quelque sorte…

La composition est bâtie sur un principe intuitif des sons fondamentaux et sons complémentaires. La teinte générale résulte de la superposition de sons de même famille, de sons aux nuances proches ayant pour base deux couleurs sonores composantes et leur fondamentale.

La couleur mentale que revêt un son étant subjective le but de cette musique n’est pas du tout de traduire en sons les couleurs de l’arc-en-ciel. Cette couleur n’existera que par rapport à d’autres données, contexte choisi par l’auteur.


Création

  • 1 juin 1979, Synthèse 1979: Concert, Palais Jacques-Cœur, Bourges (Cher, France)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.