Prix Quadrivium, Bourges 1998 (2 × CD) Détail des œuvres

Little Animals

Natasha Barrett

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 12:40
  • Instrumentation: support stéréo
  • ISWC: T0006104911
Ce texte n’est pas disponible en français.

A forest of small creatures is gradually unveiled, their expressions and emotions revealed as they explore their sound world.

Despite the living qualities alluded to by many of the sounds, all materials in Little Animals stem from non-vocal, inanimate acoustic objects. I remember, when composing this work in 1997, being surprised by how the sounds evolved these living qualities in successive transformational iterations.


Little Animals was realized in 1997 in the studios of City University London (England, UK), and premiered on March 28, 1998 at the concert of the 5th Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France). The piece was composed as part of the doctoral degree program at City University London. Little Animals was awarded the First Prize at 25th Bourges International Electroacoustic Music Competition (France, 1998), received an Honorable Mention at the Prix Ars Electronica (Linz, Austria, 1998), and was a finalist at the 5th Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1998).


Création

  • 28 mars 1998, 5e Prix international Noroit-Léonce Petitot, Centre culturel Noroit, Arras (Pas-de-Calais, France)

Distinctions

Walkabout

Paul Koonce

  • Année de composition: 1997, 98
  • Durée: 16:40
  • Instrumentation: support

«Walkabout» (Ballade insolente, enfantine et nonchalante)

Mes œuvres électroacoustiques récentes concernent principalement l’intégration des sons de l’environnement avec ceux, traditionnels, de la musique instrumentale. Je cherche à explorer les moyens pour obtenir des sons et des langages sonores «de tous les jours» en suscitant des associations extra-musicales. Walkabout poursuit cette exploration et porte moins sur l’environnement que sur la juxtaposition et le tissage de différents styles musicaux. Dans cette œuvre, les sens, en quête de ravissement, descendent dans une arène où chante une sirène chronique, celle qui dédaigne lubies et modes éphémères. Tel un ancrage pour l’alchimie des souvenirs de tout ce qui n’a pas d’appartenance; cette sirène nous avertit, tout en nous y conviant, des dangers de l’évasion que semble promettre ce chemin tortueux. Le compositeur que je suis voudrait bien, lui, de cette évasion car elle promet renouveau et retour à la jeunesse - en l’occurrence la mienne propre. En effet, y figurent des récits de départs, d’évasions et retours, de fourvoiements et de rumeurs de personnes retrouvées sans être préalablement perdues sur ce chemin de la ballade nonchalante.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Distinctions

We, we the waves — An acoustic poem

Love Mangs

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 19:46
  • Instrumentation: support

Dans cette pièce, j’ai lassé parler la mer. La surface et la profondeur. Le calme et le violent. Les entrailles et le cimetière. La manière dont les poissons l’entendent, ainsi que les roches. Loin des réseaux téléphoniques et de transmission. Là-bas, il n’y a pas de sons fabriqués par des hommes. Les hommes? C’est un voyage de l’aube au crépuscule. La voix est celle de Helena Bostrom. Le texte vient du poème d’August Strindberg Vågorna sjunga (Les vagues chantent).

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.