Compendium international 2004 (2 × CD) Détail des œuvres

Power Tools

Adrian Moore

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 14:25
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T0111953377

Il y a de cela longtemps, j’ai demandé à mon ami Jo Hyde comment il avait obtenu un certain son dans l’une de ses compositions. Il m’a répondu qu’il s’était servi d’outils électriques (en anglais: «power tools»). J’ai d’abord cru qu’il me parlait d’un logiciel, mais il s’agissait bien d’outils de construction, une perceuse par exemple.

Depuis, je porte attention aux bruits et je les enregistre. À l’origine, je croyais que plusieurs de ces bruits seraient très difficiles à utiliser, voire à écouter. Mes premières pièces reposent pour la plupart (en particulier Junky) sur des bourdons stables, d’où la difficulté pour moi de travailler avec des bruits. Power Tools s’appuie sur des sons de tondeuse à gazon et de taille-haie, ainsi qu’un enregistrement fait dans une aciérie de Sheffield, la ville où j’habite et je travaille.

Comme plusieurs autres de mes œuvres, Power Tools se divise en sections, mais non pas à cause des sortes de sons ou de procédés utilisés. Tout simplement, certains passages sont très bruyants; lorsque le bruit s’efface, des sons moins proéminents, moins «vie réelle», se révèlent.

[traduction française: François Couture, ix-06]


Power Tools [Outils électriques] a été réalisée en 2004 au studio du compositeur et mixée en février 2004 au Studio Circé de l’Institut de musique expérimentale de Bourges (IMEB) et a été créée le 4 juin 2004 au Palais Jacques-Cœur dans le cadre du Festival Synthèse (Bourges, France). Elle est une commande du IMEB.


Création

  • 4 juin 2004, Synthèse 2004: Concert, Palais Jacques-Cœur, Bourges (Cher, France)

La vie mécanique

Åke Parmerud

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 12:52
  • Instrumentation: support 5.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T2050131160

La vie mécanique est une composition acousmatique consacrée à l’univers des sons émanant des machines et des outils mécaniques. Dans la société occidentale moderne, nous sommes plus ou moins constamment exposés aux bruits des inventions de l’Homme. On dirait que, pour chaque petite chose censée nous faciliter la vie, on ajoute un bruit de plus à l’environnement acoustique dans lequel nous vivons. La composition de cette pièce m’a permis, en quelque sorte, d’exorciser la folie de cette pollution sonore qui nous entoure au quotidien.

En outre, on peut voir La vie mécanique comme un commentaire sonore sur l’idée que la matière vivante constitue une «machine organique»: le corps vu (sans succès jusqu’à présent) comme une structure que l’on peut décomposer en unités de plus en plus petites afin d’expliquer ces rouages comme ceux d’un robot hautement sophistiqué. Ce morceau se compose uniquement de sons produits par divers types de machines (mécaniques, électriques, etc.), des sons organisés en une sorte de trame narrative qui raconte la naissance, la mort et la renaissance d’une structure vivante mécanique. D’une certaine manière, cette pièce fait aussi allusion à la naissance et à la disparition des valeurs esthétiques en lien avec le recours aux machines dans l’acte de faire de la musique.

L’œuvre commence dans un style électroacoustique, avant d’accumuler répétitions et rythme, pour se terminer dans un style qui rappelle l’électronica ou la techno. Elle représente un «rite de passage» en quelque sorte, du moins pour moi, compositeur élevé dans la tradition moderniste.

[traduction française: François Couture, iv-15]


La vie mécanique a été réalisée en 2004 au studio Charybde de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) et a été créée le 10 juin 2005 dans le cadre du festival Synthèse (Bourges, France). Il s’agit d’une commande de l’IMEB. La vie mécanique a remporté un des prix spéciaux décernés par le concours Giga-Hertz-Preis 2008 (Karlsruhe, Allemagne).


Création

  • 10 juin 2005, Synthèse 2005: Concert, Bourges (Cher, France)

Distinctions

Kotmun (A Gate of Flowers)

Suk-Jun Kim

  • Année de composition: 2005
  • Durée: 8:56
  • Instrumentation: support
  • Commande: IMEB

En Corée, les dessins ou sculptures de fleurs représentés sur les portes ne sont pas purement décoratifs. C’est aussi une pratique courante afin d’attirer les bons esprits sur la maison et ses habitants. Beaucoup de gens ne font que passer ou jeter un coup d’œil à travers ces portes — un acte de désir d’accéder à un autre espace. Quelques fois cependant, certains se limitent à regarder ces portes, leurs belles fleurs, leurs couleurs. Ils oublient pourquoi ils les avaient regardées en premier lieu ou ce qu’ils recherchaient à travers elles. Ceux-là restent à la frontière entre deux mondes, enchantés par leur beauté exquise. Avec Kotmun, le compositeur tend à sublimer ce moment de conscience. À l’aide des éléments poétiques des sons enregistrés et des structures thématiques des compositions, le compositeur veut re-créer le caractère inconfortable et l’expérience ensorcelante de cette frontière. Kotmun est une commande de l’IMEB (Institut international de musique électroacoustique de Bourges), France.


Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.