electrocd

Détail des pistes

La forme du temps est un cercle

François Bayle

  • Année de composition: 1998-2001
  • Durée: 59:30
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Commande: État (Direction de la musique, France), Ina-GRM

Stéréo

La nature — ce réservoir d’organismes et de formes temporelles — propose bien des schèmes à notre imagination rythmique: respiration, pulsation, flux et reflux, cycle du jour ou des saisons… Leurs dessins, leurs textures forment le sol, le tapis de l’existence.

Les figures de temps, dont la trace sonore révèle le mouvement intérieur, surprennent par leur vocabulaire familier. Susciter un désir ou plaisir d’écoute à partir des perceptions plutôt temporelles, de leurs élans, images, figures, éclats, tel est bien le projet, son idée dynamique.

Plusieurs «moments» que de mêmes entités traversent vont chacun s’attacher à montrer un aspect du «grain» du temps pour en prolonger l’émotion potentielle.

Voici, mises en œuvre, quelques figures du temps. Il y a celle qui presse et fuit, — qui bat et martelle, — qui déferle en vague, — qui se retire, s’inverse, — qui éclabousse en gerbe, — qui ruisselle en pluie, — qui coule, en s’égrenant, — qui perle lentement, — qui gicle par saccades, — qui gire en tourbillon, — qui s’évapore…

Variations du «coup» à la «trace», de la pulsation épaisse à la mélodie, de la cloche et son mystérieux pouvoir inharmonique jusqu’au poudroiement des sillages et des orbes aux vitesses variées, en passant aussi par la pulsation et ses «allures».

Contemplation aux harmoniques pythagoriciennes bien sûr, puisqu’ainsi parle le poète:
[…] Pythagore révèle à ses Grecs / que la forme du temps est le cercle…
[…] Tout arrive pour la première fois, mais de manière éternelle.
Celui qui lit ces mots les invente.
JL Borgès, Le Chiffre (1981)

En cinq étapes le parcours d’écoute aura accompli un trajet, celui de l’unité temporelle allant vers son grain le plus fin, et la perception sensible s’aiguisant progressivement dans son appréciation des images et des formes.

La fugacité des couleurs, la vélocité des figures iront se résoudre en spirale (cette forme tri-dimensionelle du cercle), selon laquelle l’image-son initiale (les cloches) va se trouver prolongée à l’infini dans l’image-son finale: celle des grillons d’été dans la nuit d’un temps suspendu, rêveur.


Création

  • 12 janvier 2002, Multiphonies 2001-02: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France, Paris (France)

La forme du temps est un cercle, 1: concrescence

François Bayle

  • Année de composition: 2001
  • Durée: 12:33

Stéréo

… bouillonnement, pression du temps

L’effervescence sonore s’installe et comme un gaz occupe le volume d’écoute.

Mais celui-ci semble comme troué de soudaines amnésies, de parasitaires réminiscences. D’irréelles plages de durées venues d’ailleurs s’interposent. Etranges multiples.


La forme du temps est un cercle, 2: si loin, si proche…

François Bayle

  • Année de composition: 1998
  • Durée: 16:58
  • Commande: État (Direction de la musique, France)

Stéréo

… espacement, temps-miroir

L’air du temps porte le son et ses reflets…

De même que deux tonalités ne sont jamais aussi éloignées entre elles que décalées d’un petit intervalle, de même des sonorités très différentes peuvent aisément fusionner, tandis que très proches elles resteront distinctes.

Ce qui alors vient me chanter comme musique, c’est le jeu de ces associations-dissociations entre figures proches et images lointaines. La perception immédiate les appréhende comme une odeur. L’animalité de l’écoute y flaire une piste et, retournant la mémoire des formes, retrouve les schèmes et les désirs enfouis.

Alors la représentation fonctionne: je m’y reconnais!

Les ailes du temps portent les reflets du son.

Ainsi l’écho des cloches sur les murs des cours intérieures (et singulièrement celles de l’église Saint-Séverin d’où je les écoute chaque jour depuis 30 ans, avec en prime les «piafs» des moineaux qui en cadence y répondent…)

… si proche (à quinze mètres à peine)… si loin (je ne suis pas oiseau)

Ainsi les «coups» que j’imprime aux flûtes de Pan, les reflets dont j’organise les «délais»

Et les différences microtonales, les fusions des matières, les percussions de souffle, les accents dans les lignes. Les mutations de proche en proche, les distances…

L’air porte les ailes.

Le temps porte les battements.


Création

  • 8 janvier 2000, Multiphonies 1999-2000: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France, Paris (France)

La forme du temps est un cercle, 3: tempi

François Bayle

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 7:32

Stéréo

… morcellement, temps interne

Entités agitées, glissées. Figures presto-subito, gigues presque lentes. Étirements contractés, accents contrariés, points espacés, lignes harmonisées. Où est-on, où en est-on?

Quelle est cette agitation, palpitation, altération?

Suis-je concerné par ce fourmillement, tremblement? Suis-je au milieu de cette toile d’araignée qui vibre?

Suis-je le lieu de cette vibration temporelle? De ce phénomène? Vite oublié…

Mais, pourrait-t-il…quand et pourquoi, et pour qui d’autre… se reproduire?

(Ne suis-je moi-même un «tempo-phénomène»?)


Création

  • 21 octobre 2000, L’Espace du son 2000: Concert, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

La forme du temps est un cercle, 4: allures

François Bayle

  • Année de composition: 2000-01
  • Durée: 9:14

Stéréo

… déplacement, pulsion du temps

Qu’est-ce qu’une «allure»? C’est — dans le solfège concret schaefferien — la qualité fluctuante de l’entretien d’un son. Le mouvement qui anime d’une pulsation interne la vie d’une résonance, qui bat… (à ne pas confondre avec le «vibrato», oscillation mélodique s’apparentant au trille).

Le mot vient du verbe «aller», manière d’aller, démarche (raide ou souple, régulière ou boitillante) dans la vie dynamique de l’être-phénomène.

Le «pulse» de ces êtres. Mon «pulse» participatif.

C’est aussi, l’allure ou manière d’être, ce qui ne peut cacher la faille psychologique: la «dégaine», cette marque de l’expérience (celle du temps).


Créée le 20 octobre 2000 sous le titre Trois, quatre allures (8m30s) au Théâtre Marni(Bruxelles, Belgique).

Création

  • 21 octobre 2000, L’Espace du son 2000: Concert, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

La forme du temps est un cercle, 5: cercles

François Bayle

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 13:17

Stéréo

… ruissellement, temps tourbillon

D’abord la grêle légère de ces «grains» du temps qui coule comme d’un sablier et grignote la durée étale, l’anime de risées comme le vent en bouffées sur l’eau, accélérations légères dans la vélocité immobile…

Puis ces souffles glissés qui doucement montent en parcourant circulairement l’aire d’écoute…

Puis ces figures, en forme de constellations que le vent encercle…

Puis ces cercles qui s’agrandissent, s’encerclent eux-mêmes concentriquement, s’animant, s’apaisant…

Puis ce grain fin qui tisse sa trame et celle-ci qui s’étoffe et couvre l’espace…

On l’aura compris, ce jeu pourrait durer…


Création

  • 21 octobre 2000, L’Espace du son 2000: Concert, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)