electrocd

Détail des pistes

La forme de l’esprit est un papillon

François Bayle

  • Année de composition: 2002-04
  • Durée: 35:35
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

Ombrages et trouées

Se glisser à l’intérieur du temps d’une étincelle! Comme sous un arbre, s’y installer…
Un grand frisson va couvrir de sa ramure une zone de bruissements trouée de lumières et de couleurs.
Le continuum multi-résonant émet des formes. Des marques s’y dissimulent, des figures, des signes. Ici ou là, des entités dynamiques enchevêtrées surgissent. Parfois ces «marques» révèlent plutôt les mouvements de la main-oreille instrumentée, ailleurs des figures naissent d’une volonté de signifiance.
Les accidents de l’attention circulent parmi les appels ou plutôt «papillonnent» de l’un à l’autre dans une danse hérissée, heurtée, multipolaire.
Cinq moments se succèdent, maillés de rappels, d’étirements: formes espacées; formes resserrées; formes enchevêtrées; formes contrastées; formes ondulées.

Couleurs inventées

Deux sensibilités auditives s’expriment dans ce diptyque, deux conceptions de la forme papillonnante: l’espace polymorphe étalé — dans ombrages et trouées, le temps polychrome tenu en suspens — dans couleurs inventées.
Après l’intensité survient ici un moment de calme. Ne s’offre plus à entendre, dans sa “concrète immaterialité”, que l’image multiple de résonances colorées et galbées, pour seulement en faire jouer (ainsi que d’un rouge posé sur des lèvres bien dessinées) ses volumes et ses brillances.
L’écoute mise sous pression par ce qui précédait, tout à coup s’enlève et se dilate comme un gaz chaud, ascendant.
Cinq «micro-climats»: couleurs claires; couleurs sombres; couleurs nocturnes; couleurs graves; couleurs éclatées, jusqu’à un moment quasi central, couleur-cristal (de 6:58 à 7:49).
L’écoute colorée bascule alors sur l’écoute dynamisée, qui l’emporte par son martellement jusqu’à la fin avec couleurs-mouvements et couleurs-temps.


Création

  • 8 octobre 2004, Concert, Cologne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne)

Trois rêves d’oiseau

François Bayle

  • Année de composition: 1963-71
  • Durée: 10:00
  • Instrumentation: support stéréo
  • ISWC: T0030176727

Stéréo


Création

  • 6 février 1972, Concert, Musée Guimet, Paris (France)

Trois rêves d’oiseau, 1: … moqueur

François Bayle

  • Durée: 3:30

Stéréo

Moqueur, remix du troisième des Portraits de l’Oiseau-qui-n’existe-pas (n°15 — 1963), conçu à l’origine pour les images animées du peintre Robert Lapoujade, est un “vintage”, une archive de mes débuts: ma première œuvre!

Des figures instrumentales écrites «pour le microphone» (c’est à dire pour le gros plan) se trouvent bousculées, cassées, propulsées en grappes volubiles, incorporant chants d’oiseaux véritables et électroniques, rires et accents. La scène avance en formes rebondissantes et en traits colorés qui fusionnent et retombent en cascades.

Triste survient, opposant de sombres et lentes trajectoires à des jacasseries irritées, dans une technique de travail “à la main” directement sur platine tourne-disque (quelques decennies avnt les pratiques DJ!).

L’ensemble s’équilibre avec le troisième rêve Zen, serein et argenté, apposant sur un tremblé harmonique les dessins irréels d’un uirapuru véritable, cet oiseau du Brésil qui annonce la mort paisible (ce moment provenant de l’Expérience Acoustique).

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Mimaméta

François Bayle

  • Année de composition: 1989
  • Œuvre originale: Mimaméta
  • Version: Arr. François Bayle, 2004
  • Durée: 10:46
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

«Considéré par certains comme le compositeur le plus important de musique électroacoustique, il est celui qui m’a généreusement et gentiment introduit à la culture musicale française. Il est quelqu’un qui a un regard profond sur les gens et sur la musique. Je suis honoré d’être un de ses amis. Depuis vingt-cinq ans nous n’avons parlé que français avant qu’il n’admette que son anglais était aussi pauvre que mon français.» —Jon Appleton

[source: Réseaux des arts médiatiques]