Métamorphoses 2000 (CD) Détail des œuvres

Dreamlike Shudder in an Airstream Part 1: for a crumpled woman

Stephan Dunkelman

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 13:50
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média

Comment une énergie naturelle peut-elle transmettre une dynamique de l’irréel au réel… et inversément? Quels sont les points de tangentes qui permettent d’établir une bonne circulation entre les deux? Quelques éléments de question dans cette pièce?


Dreamlike Shudder in an Airstream Part 1 a été réalisée en 2000 dans le studio du compositeur grâce à l’aide de la Communauté française de Belgique et a été créée en mars 2000 lors du concert produit par ARTeM (Art, recherche, technologie et musique) (Bruxelles, Belgique). Merci à Charo, Axel et Wim pour leurs interventions dans la genèse de ce travail. Dreamlike Shudder in an Airstream Part 1 a obtenu le Prix du public ex æquo au Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses 2000 (Bruxelles, Belgique) et a été enregistrée en 2000 sur le disque Métamorphoses 2000, Musiques & Recherches (MR 2000).


Création

  • 19 mars 2000, Mouvements croisés, Théâtre Les Tanneurs, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Midong

Suk-Jun Kim

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 9:58
  • Instrumentation: support

Une étude du mouvement et du geste. La relation intérieur/extérieur est construite autour d’objets sonores aisément discernables. “Mi-dong” (coréen) peut se traduire par «tremblement» ou «l’état d’un être dont le mouvement est si ténu qu’on ne peut le percevoir». Réalisé au studio privé du compositeur. Notes techniques: sons manipulés à l’aide de différents logiciels tels que SoundHack, Lemur pro, MarcoHack, MacPod, SoundEffect… et K2000. Monté et mixé à l’aide de Peak LE et Digital Performer.


Distinctions

Aspavientos

Jorge Sad Levi

  • Durée: 7:38
  • Instrumentation: support

Enregistrement imaginaire d’une chanson de John Dowland.

J’ai conçu cette composition comme une pièce pour chant et percussion «en temps réel» qui aurait été enregistrée dans un monde imaginaire, avec des lois physiques différentes des nôtres, ou dans une rêverie où il y a des éléments organisés d’une façon impossible et logique en même temps. J’ai essayé de donner la sensation que cette pièce a été jouée quelque part et que ce qu’on entend est un enregistrement et non une pièce électroacoustique. De toute façon, cet aspect «poïétique» peut rester caché à l’auditeur ou ne pas être évident pour lui.


Distinctions

Tropisme

Aliocha Van der Avoort

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 7:33
  • Instrumentation: support

Du grec ‘tropos’: tour. Accroissement d’un végétal dans une direction donnée sous l’influence d’une excitation extérieure (lumière, matière, pesanteur, etc.) La botanique est le modèle le plus cité en composition. Le rapport énergétique que subit un végétal lors de sa naissance, croissance et vie peut se rapprocher de ces êtres acoustiques que l’on tente de faire naître, vivre et mourir. Dans cette pièce, cet être, ce corps sonore éclôt, croît dans les strates de la terre, étend ses racines, et, dans un ultime effort, naît dans le vide soudain de l’espace immense de la surface. Là, il côtoie l’infiniment petit, traverse les rythmes de la vie du monde des insectes. Mais rapidement, les éléments anéantissent cette prémisse d’existence.


Distinctions

Papillon, abîme, nuit

Ingrid Drese

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 12:06
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média

«Papillon qui voltige. // Sursaute de son rêve. // Fredonne, frémit, // Traverse les mondes souterrains. // Songe merveilleux. // Battement des ailes. L’ombre du papillon // Couleurs de ses ailes. Lumière de l’automne // Dans l’ombre, il // Tremble et danse»Ingrid Drese

[ii-09]


Papillon, abîme, nuit a été réalisée en 1999 au studio de la compositrice et a été créée le 17 novembre 1999 dans le cadre du 6e Festival acousmatique international L’Espace du son au XL Théâtre du Grand Midi (Bruxelles, Belgique). Papillon, abîme, nuit a été finaliste au 1er Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2000). Elle a été enregistrée sur le disque compact Métamorphoses 2000 (MR 2000).


Création

  • 17 novembre 1999, L’Espace du son 1999: Concert, XL Théâtre du Grand Midi, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Les flûtes en feu

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 10:22
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: GMEB

Les flûtes en feu se fonde sur le concept du compositeur comme alchimiste. À l’aide d’ordinateurs et des facilités offertes par le studio moderne, le compositeur de musique acousmatique ou d’art sonore est capable de traiter le matériel acoustique comme s’il s’agissait d’une substance dont la morphologie pourrait être constamment redéfinie. Dans cette pièce, la substance sonique de base est faite de simples sons de flûtes. Ils sont transformés et recomposés de diverses façons comme pour donner un aperçu de leur potentiel virtuel. Au fur et à mesure que la pièce évolue, les structures de départ relativement simples révèlent de nouveaux et parfois surprenants aspects de leurs gestes originaux. Il y a aussi un autre élément récurrent à travers la composition. Un court son métallique, rappelant le marteau heurtant l’enclume, signale la présence d’une force qui s’apprête à changer la forme des choses. Finalement, à la fin de la pièce, une sonorité de feu, représentant le processus de catalyse des quatre éléments présents à la base de toute alchimie, parvient brièvement à l’état sonore pour confirmer le processus qui vient d’avoir lieu. Comme dans plusieurs autres instances où l’ambition de l’art touche à l’idée de métamorphose, travailler à cette pièce m’a définitivement fait comprendre que «tout ce qui brille n’est pas or». Toutefois, comme d’habitude lorsqu’on travaille de près avec un matériau sonore, ma relation avec la flûte, comme source de son et comme instrument en général, s’est considérablement approfondie, ce qui est en soi une expérience en or.

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes]


Les flûtes en feu a été réalisée en 1999 au studio Charybde de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) et au studio du compositeur. La création a eu lieu le 14 juin 2000 dans le cadre du festival Synthèse (Bourges, France). Les flûtes en feu a remporté le Premier Prix ex æquo de la première édition du Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses 2000 (Bruxelles, Belgique) et a été gravée en 2000 sur le disque compact Métamorphoses 2000 (MR 2000).


Création

  • 14 juin 2000, Synthèse 2000: Concert, Bourges (Cher, France)

Distinctions

Images

Bernat Vivancos

  • Durée: 11:35
  • Instrumentation: support

Images est ma première œuvre électroacoustique. Après un an d’expérimentation et de découverte du matériel et des programmes informatiques au Conservatoire de Paris, j’ai effectué plusieurs prises de son avec le cymbalum, le piano et divers instruments de percussion et j’ai travaillé ces sons avec plusieurs «plug-ins» (ou modules). Mon travail porte sur le contraste, sur les «images» que j’ai voulu refléter, parfois de manière brusque, parfois proche ou bien lointaine et douce, mais toujours avec une grande force et une puissance intérieure.


Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.