electrocd

Détail des pistes

La voix de Sibylle

Theodore Lotis

  • Année de composition: 2001
  • Durée: 14:50
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Musiques & Recherches

Stéréo

À Annette Vande Gorne

Dans la mythologie classique, ainsi que dans la majorité des légendes anciennes, les sibylles sont des prophétesses dont les déclarations extatiques sont inspirées par Apollon. Suivant ces légendes, certaines sibylles pouvaient interpréter les rêves, d’autres pouvaient être entendues par delà la mort. Leurs oracles étaient pris très au sérieux. Virgile décrit la sibylle de Cumes (L’Énéide, livre 6, 42-51), la plus célèbre de toutes: «Elle change d’apparence, de couleur de visage, ses cheveux se redressent, sa poitrine tressaute, son cœur s’emballe violemment, la mousse envahit sa bouche et sa voix est terrible». Leurs mots sont couverts par des cris complexes, extatiques et inintelligibles. Il était très difficile de comprendre la signification des oracles.

Lorsqu’Annette Vande Gorne m’a demandé de composer une pièce multipiste, j’étais harcelé par l’idée de camoufler des idées musicales simples au milieu de morphologies texturales complexes et obscurantistes. Sibylla’s Voice recourt à des enregistrements instrumentaux (violon) et vocaux fortement traités pour produire une étrange atmosphère «vocale» (résultante de la convolution entre les sons de la voix et du violon). Cette pièce ne s’intéresse pas au mouvement en termes de déplacements d’un haut-parleur à l’autre. Elle porte plutôt sur la coexistence d’environnements spatiaux variés. Elle porte aussi sur la manière dont des éléments musicaux simples (par exemple: un intervalle d’une seconde) se comportent dans divers environnements spatiaux aux conditions changeantes et contrastantes. Tout comme les paroles de la sibylle, ces éléments sont parfois recouverts de textures spectrales denses et souvent obscures. De nos jours, les gens recherchent encore l’aide des «sibylles». Leurs prophéties tiraient probablement leur attrait de l’inconnu et de l’avenir non imaginé.

[traduction française: François Couture, ii-08]


Sibylla’s Voice [La voix de Sibylle] a été réalisée en 2001 au studio Métamorphoses d’Orphée à Ohain (Belgique) et au studio de la City University London (Angleterre, RU). Elle a été créée le 2 octobre 2002 dans le cadre du 9e Festival acousmatique international L’Espace du son (Bruxelles, Belgique). Elle est une commande de Musiques & Recherches. Merci à Eleni Mpratsou pour sa voix. Sibylla’s Voice a été finaliste au 2e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2002). Elle a été enregistrée sur le disque compact Métamorphoses 2002 (MR 2002, 2003).

Création

  • 2 octobre 2002, L’Espace du son 2002: Finale du concours de composition Métamorphoses, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Composition

Angle mort

Christian Bouchard

  • Année de composition: 2001-02
  • Durée: 13:50
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0719863010

Stéréo

ISRC CAD500418020

À mon ami motocycliste

Sons électroniques, bruits buccaux, respirations, foules, ascenseurs, coins de rues, objets mécaniques.

À partir de phénomènes de masse extérieurs (manifestations, rassemblements, parades, cafés bruyants), j’ai à priori voulu évoquer le combat anti-corps et virus, ainsi que le point de vue auditif du malade entouré de machines dans une chambre d’hôpital. Et, durant la réalisation de cette pièce, est venue se greffer l’histoire de cet ami qui, pendant un instant, a été dans l’angle mort de quelqu’un. Du coup, la forme et le contenu d’Angle mort se sont imprégnés de cet incident. Un cinéma pour l’oreille, des projections microscopiques.

[i-04]


Angle mort a été réalisée en 2001-02 au studio du compositeur à Montréal et a été créée le 30 octobre 2002 lors du concert Tentacules.03 organisé par Codes d’accès à Montréal. Merci au Conseil des arts du Canada (CAC). Angle mort a obtenu le Prix du public au 2e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses 2002 (Bruxelles, Belgique) et a été enregistrée en 2002 sur le disque Métamorphoses 2002, Musiques & Recherches (MR 2002).

Création

  • 30 octobre 2002, Christian Bouchard, diffusion • Tentacules.03, La Sala Rossa, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Un souffle, une ombre, un rien

Ondřej Adámek

  • Année de composition: 2000-01
  • Durée: 10:56
  • Instrumentation: support

Stéréo

D’abord un souffle, une expiration, un soupir; hésitants, incertains, puis de la vitesse incontrôlable, de tous les côtés; et tout d’un coup, le vide, perdu, lointain dans une obscurité profonde, humide, bleue, glacée.

Le soupir revient, multiplié, en masse, plein d’énergie rouge et brûlante, culmine, explose et disparaît dans des gouttes, de petites gouttes, gouttelettes, seules, solitaires, fondues, perdues…


Distinctions

Aura

Apostolos Loufopoulos

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 2:00
  • Instrumentation: support

Stéréo

Aura est une œuvre électroacoustique finalisée en mars 2002. Le titre peut être interprété de deux manières: aura suggère une brise légère, indiquant un certain type de mouvement qui caractérise le contenu sur un mode morphologique. D’autre part, le contexte est métaphoriquement lié à l’idée de la naissance et de l’évolution de la vie, associée aux mondes invisibles existant au coeur des matériaux de la nature: ce que nous percevons dans l’environnement naturel est une résultante, un «cadrage» de tout un univers de processus invisibles en évolution, constituant une réalité microcosmique «cachée».

Dans le contexte d’Aura, le monde du son est présenté comme «inconnu», sans relation avec une source. Il se développe toutefois momentanément en une forme «familière», indiquant des mouvements naturels reconnaissables d’insectes-oiseaux, ou des images virtuelles de nature et de paysages. La relation sonore «inconnu — familier» est utilisée pour indiquer l’existence d’un univers microcosmique complexe, qui évolue derrière la «scène» de la nature, au cœur des formes naturelles de vie, aussi simples soient-elles.

Le matériau sonore utilisé pour l’élaboration de cette pièce dérive principalement de sources sonores non-naturelles.

Des sons électroniques ou basés sur des gestes humains sont utilisés pour les transformations, mais également des sons enregistrés dans la nature. Les événements sonores «concrets» sont disposés sur un fond harmonique «synthétique» continu, avec lequel ils interagissent pour créer différents types d’espaces. Dans la section finale, le son naturel de criquets est utilisé comme symbole de la nature, présentant la simplicité du monde naturel perceptible, en opposition à la complexité du monde invisible.


Distinctions

Éclats de perle

Gilles Gobeil

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 2:00
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Libre adaptation d’un texte gnostique du second siècle de notre ère intitulé L’hymne de la perle et attribué à Bardesane (152-222).


Éclats de perle est une version courte, remontée et acousmatique de La perle et l’oubli (1999-2002).

Distinctions

Sur le môle

Laurent Bigot

  • Année de composition: 2001
  • Durée: 10:04
  • Instrumentation: support

Stéréo

Port de Gênes, sur le môle.

Ma tête va et vient.

D’un côté, l’activité industrielle, la métallurgie, des grues, des camions.

De l’autre, la paix des paysages méditerranéens, l’eau et son mouvement perpétuel.

L’œil et l’oreille s’amusent à choisir ou à mêler, recadrent, changent les perspectives.

J’aime ce mélange de mondes antagonistes.


Distinctions

DeLeTE ’e’ Unit

Tom Cahill-Jones

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 10:06
  • Instrumentation: support

Stéréo

Durant la composition de cette pièce, trois idées ont dominé ma pensée. (1) L’idée du processus de croissance organique aboutissant (2) aux transformations des matériaux sonores qui par juxtaposition aboutissent (3) à des paysages du réel, irréel, surréel.

Bien que certaines idées aient contribué à la création de la pièce, son succès auditif importe plus que mes explications couchées sur le papier. Bonne écoute.


Distinctions

low memory #2

Monique Jean

  • Année de composition: 2001
  • Durée: 10:23
  • Instrumentation: flûte basse (piccolo) et support 4 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Claire Marchand, avec l’aide du CALQ
  • ISWC: T0715552763

Stéréo

Rencontre du son instrumental comme immédiateté et individualité, aux sonorités volontairement restreintes, et des sons électroacoustiques aux sonorités et mouvements denses et profonds comme ouverture à l’altérité au sein même de la structure sonore.


low memory #2, une œuvre mixte pour flûte basse / piccolo et bande 4 pistes, a été réalisée en 2001 au studio de la compositrice et a été créée le 8 avril 2001 par Claire Marchand au Studio 12 de la Maison de Radio-Canada à Montréal pour l’émission Résonances réalisée par Laurent Major. Cette pièce est une commande de Claire Marchand, avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Merci à Claire Marchand. low memory #2 a été finaliste au 29e Concours international de musique et d’art sonore électroacoustiques de Bourges (France, 2002) et a reçu une mention au Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses 2002 (Bruxelles, Belgique) et a été enregistrée en 2003 sur le disque Métamorphoses 2002, Musiques & Recherches (MR 2002).

Création

  • 8 avril 2001, Claire Marchand, flûte basse, piccolo • Flûte! un concert…, Studio 12 — Maison de Radio-Canada, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Lascivia Pristina II

Juan Manuel Marrero

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 9:34
  • Instrumentation: support

Stéréo

Formellement, cette œuvre se concentre sur un travail détaillé, très minutieux, du mouvement, de l’espace et de la densité.

À l’intérieur de son parcours sonore, toujours en expansion — ininterrompu —, sont libérés toutes sortes d’accidents locaux, de micro et de macro-formes, de couleurs et de contrastes très riches et pluriels qui évoluent vers un univers acoustique (électroacoustique) de plus en plus inouï — ou tout au moins inusité.

Dans la pièce, la violence, le dynamisme, la rapidité, la concentration et la libération subite des énergies deviennent des véritables constantes formelles. Plus que des attributs anecdotiques, ces catégories discursives émergent comme des principes articulatoires authentiques et autour desquels s’opère et se construit le propre projet esthétique de l’œuvre.


Distinctions

ParaDice

Sachiyo Takahashi

  • Année de composition: 2001
  • Durée: 10:09
  • Instrumentation: support

Stéréo

La principale source sonore utilisée pour cette pièce est le Nô-kan, flûte utilisée en théâtre Nô. La caractéristique la plus remarquable du son du Nô-kan est la juxtaposition son/souffle — une attaque forte avec un son de souffle, une certaine «fuite» du souffle avec des doigtés spéciaux et une forte intensité de la texture sonore elle-même, résultant d’une pression forte et soutenue entre l’instrument et la bouche. Cette caractéristique du Nô-kan fonctionne à plusieurs niveaux pour enrichir l’interprétation du Nô.

Le Nô-kan fonctionne à la manière d’une «percussion», qui articule le temps et l’espace (la note jouée est parfois moins importante que l’articulation).
— au niveau microscopique, couleur, texture et intensité du bref instant de son/souffle sont importants pour communiquer avec le corps de l’acteur de Nô / l’aspect physique du théâtre Nô.
— au niveau macroscopique, il crée parfois un «paysage» pour le décor du théâtre Nô.

Dans un certain sens, le Nô-kan n’est pas seulement un instrument pour jouer de la «musique». Il sert à articuler l’espace, couper à travers des micro-instants, exprimer la passion de la pièce, illustrer poétiquement le paysage, et communiquer avec le rythme du corps dansant…, traversant avec flexibilité les différentes couches d’un instant à l’autre, du microscopique au macroscopique, de l’abstraction du son/bruit à la musique.

Ce projet est une étude de ce type particulier d’«instrument», en d’autres termes, une tentative d’exploration de cet «espace du Nô-kan», non pas de la manière traditionnelle, mais avec l’aide de nouvelles technologies. Ici, plusieurs bi-pôles deviennent ambigus en raison de la variation permanente des paramètres suivants: son et souffle son (bruit) et musique, abstrait et concret, micro-image et macro-image, oriental et occidental.

Le titre signifie «paradis», et «paire de dés» (para-dice).

On dit que le son du Nô-kan peut communiquer avec l’autre côté du monde — peut-être le paradis/paire de dés existe-t-il en son / en tant que son / avec le son.


Distinctions

Épique

Jacky Mérit

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 11:59
  • Instrumentation: support

Stéréo

«Suspension dissonante — accélération suspendue — fragment impressionné — conglomérat métallurgique — approche narrative des sons — chimie réactionnelle — pulsion polyphonique polyphonie quantique — dramaturgie de nos énergies individuelles, libidinales, modalités de la pulsion de vie…», notions (entres autres) qui me sont venues en cours de composition!

Mais ce qui m’intéresse ici, est ce que je nommerais: «Espace eidétique» ou comment le son affecte l’espace intérieur d’une personne?!

Ouvrir une écoute intérieure qui permette la création d’un espace pour canaliser, non seulement des sentiments ou des émotions, mais un moyen d’apprécier par l’expérience des formes, à échelle micro et macro. Des perceptions internes de la manière de se mouvoir à un niveau énergétique à travers des formes cellulaires, à travers des matériaux solides, ou à travers la géographie ou le temps géologique… En essayant réellement d’approcher une articulation artistique de notre capacité actuelle à nous représenter ces situations grandes et petites.

Plus il y a d’énergie, plus il y a de don, plus il y a de réflexion sur la mort, la vie, le sexe, la peur, la philosophie, la poésie. Moins il y a d’énergie, moins il y a de chair, de sang, moins cela consent à la volupté, donc à la connaissance de soi, et à ses limites à excéder. Mon travail me permet de trouver mon autonomie existentielle et de toucher du doigt tout ce qui est aliéné et, ainsi, par la musique qui se développe, il se crée une faille où la douleur est utilisée comme force motrice afin de récuser cet état, ce «mensonge».

Notre héritage culturel est tel que nous devons revisiter sans cesse notre faculté d’appréciation. Cette part d’appréciation individuelle se voit contrainte de démêler ses sentiments/émotions, de celles collectives.Un «moule émotionnel» qui dans cette Éthique épique électroacoustique, se voit l’objet d’articulations ambiguës…

«Sans l’impérialisme du concept, la musique aurait tenu lieu de la philosophie: c’eût été le paradis de l’évidence inexprimable, une épidémie d’extases.» (Émile Cioran)


Distinctions

Scene III

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 8:00
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Cette pièce est une invention sonore d’une mémoire. Avec le temps, les souvenirs se fondent les uns aux autres, se réorganisent, se colorent, se mêlent à l’irréel. Y étais-je vraiment?


Distinctions

Chorus

Robert Normandeau

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 14:00
  • Instrumentation: support 16 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Réseaux des arts médiatiques, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0722242230

Stéréo

ISRC CAD500518570

À toutes les victimes du 11 septembre 2001

Chorus. Mot latin pour chœur. Chanter en chœur, entonner en chœur. Faire chorus.

La musique est inspirée du sujet de la pièce de théâtre Nathan der Weise («Nathan le Sage») (1779) de Gotthold Ephraim Lessing (Kamnez, Allemagne, 1729 — Braunschweig, Allemagne, 1781) et qui illustre l’idéal de tolérance prôné par l’esprit des lumières. Cette pièce — mise en scène par Denis Marleau et présenté dans la Cour d’honneur du Palais des Papes (Avignon, France) en 1997 — livre son sens à travers la parabole des trois anneaux, où un homme, qui sent sa mort venir, doit décider lequel parmi ses trois fils recevra l’anneau hérité d’une longue tradition familiale. Afin de ne pas avoir à faire ce choix cruel, l’homme fabriquera trois anneaux, preuve de son amour pour ses fils. «S’il n’est pas donné à l’homme de savoir théoriquement quelle religion est la vraie, chacun a la possibilité pratique, par son action désintéressée en faveur des autres, de prouver la valeur de la croyance à laquelle il adhère et son aptitude à contribuer au bonheur de l’humanité.»

Le matériau musical utilisé dans l’œuvre représente les sonorités typiques des trois grandes religions monothéistes: le schofar pour le judaïsme, les cloches d’église pour le christianisme et l’appel à la prière pour l’islam. À cela s’ajoutent les voix traitées de deux comédiens, Gregory Hlady et Évelyne Rompré, utilisées dans la musique de la pièce «Antigone» de Sophocle (mise en scène de Brigitte Haentjens, présentée au Théâtre du Trident, Québec, en janvier 2002).

[xii-04] [v-06]


Chorus a été réalisée en 2002 au studio du compositeur et a été créée le 13 juillet 2002 dans le cadre du Festival de musiques sacrées (Fribourg, Suisse). Chorus est une commande de Réseaux des arts médiatiques avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Chorus a reçu le 1er Prix au Concours international de musique sacrée de Fribourg (Suisse) en 2002. Chorus a également été sélectionnée au 2e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique) en 2002 et a été gravée en 2003 sur le disque Métamorphoses 2002, M&R (MR 2002).

Création

  • 13 juillet 2002, Festival de musiques sacrées, Église du Collège Saint-Michel, Fribourg (Suisse)

Distinctions

Composition