electrocd

Détail des pistes

Replica

Martin Bédard, Marie-Hélène Breault

  • Année de composition: 2012-13
  • Durée: 10:02
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Erreur de type 27 (E27), avec l’aide du CALQ
  • ISWC: T9215178588

Stéréo

À Suzanne

Le projet Replica est sous-tendu par l’opposition existentielle entre continuité et transformation contenue dans la maxime «Eadem mutata resurgo» ou «Je renais changé à l’identique». La pièce est conçue essentiellement à partir de sons de flûte, principalement de vieux enregistrements de l’interprète et de nouveaux matériaux générés lors d’une première écriture instrumentale. La réplique de ces matériaux par une deuxième écriture sur support crée divers tableaux au sein desquels sont interprétés, d’une part, l’instrument et son potentiel expressif, et d’autre part, l’interprète et son histoire.

Dans Replica, la relation dichotomique entre continuité et transformation se décline en quatre modalités compositionnelles: le contraste entre le son instrumental pur et le son recomposé; la conception de nouveaux matériaux à partir de vieux enregistrements; la transformation progressive des motifs et objets sonores basée sur la répétition; et la duplication de l’instrumental par l’électro. Sur le chemin vers l’utopie instrumentale, le projet a pris la forme d’une œuvre acousmatique.

[ii-22]


Replica a été composée en 2012-13 et réalisée au studio du compositeur à Montréal (Québec) et a été créée le 13 mars 2013 lors du concert Espaces mixtes II produit par Erreur de type 27 (E27) et présenté à la Salle Multi de Méduse à Québec. Elle est une commande d’E27 réalisée avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Replica a obtenu une Mention au Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2014) et le 3e prix au concours Iannis Xenakis International Electroacoustic Composition Competition (Grèce, 2017).


Création

Distinctions

Composition

À propos de cet enregistrement

Version courte de 10 minutes.

The Battle

Adrian Moore

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 14:24
  • Instrumentation: support 5.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9247810895

Stéréo

ISRC CAD501510021

  • 44,1 kHz, 16 bits

À ma mère et à son esprit combatif

J’ai commencé à travailler sur cette œuvre, début janvier 2013, de la manière traditionnelle, c’est-à-dire en développant des matières stéréophoniques vers quelque chose d’abstrait. J’ai apporté ces travaux avec moi au Visby International Centre for Composers (VICC, Suède) en avril 2013 pour les développer davantage encore; c’est à ce moment que j’ai décidé que ce morceau serait, d’abord et avant tout, en 5.1. Le sort a perturbé mes plans à mi-chemin de cette résidence de composition, ce qui fait que j’ai tout ramené à mon bureau de Sheffield (Angleterre, RU), où j’ai terminé l’œuvre en juillet 2013. Entretemps, je lui ai cherché un titre, tout en complétant quelques chapitres de mon livre de cours Sonic Art: an introduction to electroacoustic music.

The Battle est un titre programmatique, c’est évident. L’œuvre, abstraite, se divise en deux grandes sections pleines d’activité pulsée, de gestes d’accélération, de textures granulaires, de plans de coupe, de spatialisation 5.1 (naturelle et forcée) souvent accompagnée de beaucoup de réverbération. Cela dit, voici comment je «perçois» cette œuvre aujourd’hui: The Battle évoque une série de scènes de bataille, revêtues d’obscurité et de brume (une analogie acousmatique bien à propos). Elle développe plusieurs attaques, clairement marquées, et renforcées par des feintes et des escarmouches, des mouvements de phalange de grande ampleur et des combats à main nue dans des lieux exigus. À certains moments, on se sent du côté offensif; à d’autres, on est en fuite. Nous sommes dans un champ de bataille médiéval où, lorsque la brume se lève, que l’espace s’ouvre et dévoile les conséquences de la bataille, nous ressentons l’énormité du combat. Alors que nous nous impliquons plus dans l’action, nous nous sentons de plus en plus épuisés par l’incertitude, de plus en plus usés par le côté inévitable de la bataille.

[traduction française: François Couture, v-15]


The Battle [La bataille] a été réalisée de janvier à juillet 2013 au Visby International Centre for Composers (VICC, Suède) et au studio du compositeur. Elle a été créée le 26 octobre 2013 dans le cadre du festival Akousma X présenté à l’Usine C (Montréal, Québec) par Réseaux des arts médiatiques.


Création

  • 26 octobre 2013, Akousma X: Espace strié, Usine C, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Far bollire piano per 8 minuti

Stijn Govaere

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 8:03
  • Instrumentation: support

Stéréo

Le titre de cette composition acousmatique est un jeu de mots. Traduit en français, il voudrait dire «Bouillir lentement pendant 8 minutes» ou avec une traduction plus vague «Bouillir un piano pendant 8 minutes». L’inspiration pour cette pièce m’est venue un jour lorsque je cuisinais en écoutant du piano à la radio. Le contraste entre le son granulaire de l’eau ou de l’huile qui bout et les sons riches et harmonieux du piano m’a séduit. Lorsque nous faisons bouillir le piano (pendant 8 minutes), ses sons sont plutôt sombres et à un certain point mélancoliques lorsqu’il renonce à tout espoir d’échapper à l’huile bouillante… Les sources sonores de cette pièce sont le piano enregistré aux studios de Musiques & Recherches (Ohain, Belgique), l’eau, l’huile bouillante et les couverts de ma cuisine.


Far bollire piano per 8 minuti a reçu une Mention d’honneur au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2013 (Prague, République tchèque).


Création

  • 19 mars 2014, ÉlectroBelge et nouvelles productions de M&R, Le Senghor, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Balloon Theories

Dimitris Savva

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 14:16
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

La motivation extramusicale de cette composition est une prise de conscience personnelle sur la façon dont nous créons des images mentales à propos de nous-mêmes, et comment ces images, qui sont la plupart du temps fausses et trompeuses, affectent notre vie de tous les jours. Nous gonflons des ballons, et dès que cela est fait, nous les faisons exploser, ou à tout le moins, nous essayons. Mais l’air à l’intérieur des ballons, cet air qui symbolise les pensées négatives, croyances et sentiment d’insécurité, est soufflé. Par conséquent, la source de cette situation inconfortable n’est autre que nous-mêmes. Cette prise de conscience pourrait nous motiver à arrêter de gonfler des ballons. Voilà le point de départ de la composition qui est influencée par cette idée tout en développant sa propre narration abstraite et permettant à l’auditeur d’imaginer sa propre histoire, unique.


Distinctions

Sense

Panayiotis Kokoras

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 8:20
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Sense pour sons électroacoustiques, a été composé en 2013 aux studios CEMI de l’Université du Nord-Texas. Le thème principal de la pièce est l’eau, comme objet sonore, mais également comme une force ou comme une matière qui affecte les autres objets sonnants. Pour cette pièce, j’ai principalement utilisé des techniques audio, des outils de récupération d’information musicale, des modelages physiques ainsi que des techniques traditionnelles de montage audio. C’est l’histoire d’un homme versant de la liqueur dans un verre.


Distinctions

Catabolisms

Erik Nyström

  • Année de composition: 2011-12
  • Durée: 12:15
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9138098483

Stéréo

«[…] toutes sortes d’agents et d’événements qui agissent de manière imprévisible et désordonnée et qui ont en commun le fait qu’ils réduisent tout en pièces.»

Rudolf Arnheim, traduit d’Entropy and Art (1971)

Le titre de cette pièce évoque les phases où le son subit une mouture moléculaire qui le réduit à ses éléments les plus primitifs, un peu comme les «procédés cataboliques» que décrit Rudolf Arnheim dans son essai Entropy and Art. Celui-ci y affirme que toute esthétique ou tout objet fonctionnel est le résultat d’une ‘tendance anabolique’ opposée — une force universelle qui bâtit des formes et qui insuffle à toute chose un thème structurant.

Dans Catabolisms, on trouve aussi une tendance anabolique dans les forces destructrices, implosions et corrosions devenant des phénomènes esthétiques en soi. L’énergie qui se dissipe entre ces textures bâtit un élan qui donne naissance à de nouvelles formations, dans une morphogénèse ininterrompue. Ainsi, l’œuvre tisse son propre destin, à mesure que des agrégats grumeleux, poudreux, collants et poreux de particules se combinent en nuages spectraux, en strates, en cascades, interactions entre forces turbulentes. Comme dans le monde physique, il survient des crises où création et décomposition entrent en synergie; les sous-produits entropiques formant un terreau fertile pour un univers sonore qui s’autopropage.

[traduction française: François Couture, viii-14]


Catabolisms [Catabolismes] a été réalisée en 2011-12 à l’Electroacoustic Studio de la City University London (Angleterre, RU) et créée le 17 avril 2012 pendant le SuperCollider Symposium 2012 à la City University London.


Création

  • 17 avril 2012, SuperCollider Symposium 2012: Electroacoustic Concert, Performance Space — College Building — City, University of London, Londres (Angleterre, RU)

Distinctions

Composition

Endroit / envers

Paul Ramage

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 7:29
  • Instrumentation: support

Stéréo

La musique peut être pensée comme des segments qui possèdent une signification temporelle en raison de leur organisation morphologique et cinétique. Il s’agit là d’études mettant ces notions en perspective cherchant à démêler l’endroit de l’envers en partant d’un même matériau, d’une même unité sonore et perceptive…


Distinctions

The Relentless Hole

Lucas Felipe Alves de Oliveira

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 7:18
  • Instrumentation: support

Stéréo

Cette pièce travaille l’idée de l’ennui et de la monotonie au moyen d’une longue pédale de sustain pendant les trois premières minutes de la pièce. Cette matière sonore initiale est synthétisée et laisse graduellement place à des sons enregistrés, principalement la voix. Elle fait référence au corps comme un trou, un espace vide, une cavité au sein de laquelle quelque chose se meut.


Distinctions

Fragile Butterfly

Irene Pacini

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 11:45
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

L’opéra Madama Butterfly est utilisé comme point de départ. Une autre musique se crée ensuite en explorant les possibilités expressives des sons produits par des papiers déchirés, chiffonnés, par les frottements de pointes, par les trajectoires et les rythmes de l’écriture au crayon ou au stylo. La relation entre ces sources musicales? L’idée de fragilité, commune au papier, aux ailes du papillon et, finalement, au personnage de madame Butterfly. Les arrachements véhéments des morceaux de papier déchirent l’image d’un monde lointain et mystérieux où les rêves et illusions de madame Butterfly donnent forme à des ondes sonores qui se rapprochent et s’éloignent dans un espace chargé d’attente. Entre les espaces lacérés émergent d’autres images, d’autres mondes pleins d’inquiétude où la tension est croissante. Le papier fragile se déchire, tout comme les ailes fragiles d’un papillon emprisonné entre des murs de papier. Le papillon trouvera-t-il sa voie vers le ciel?


Distinctions

Helena

Roeland Luyten

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 8:47
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

L’objet de cette pièce est de créer un univers vaste et planétaire de sons qui auraient volé en éclat. Ceci peut facilement aboutir tout simplement à un chaos aléatoire. Pour ce faire, j’ai pris de petits morceaux de sons que j’ai coagulés pour former des groupes. Ensuite, j’ai coagulé ces nouveaux groupes en de plus grands ensembles. Ainsi, j’ai obtenu des objets sonores massifs avec une densité granulaire. J’y ai ajouté des structures polyrythmiques en répétant de courts motifs granulaires, comme des mécanismes gelés. Avec le temps, ces boucles se connectent aux objets sonores plus importants. Certaines choses sont trop imposantes pour être contrôlées, d’autres sont trop petites. Entre ces extrêmes, je compose.


Création

  • 19 mars 2014, ÉlectroBelge et nouvelles productions de M&R, Le Senghor, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Respiro

Andreas Vorwerk

  • Année de composition: 2013-14
  • Durée: 10:37
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

La pièce 8 pistes Respiro examine la question de l’unité de signification musicale de la respiration. Elle décrit des processus temporels, spatiaux, dynamiques et spectraux. La structure de la pièce se concentre aussi sur la méthode de respiration comme un élément musical.


La pièce a été réalisée dans le studio SeaM pour la musique électroacoustique de l’Académie de musique Franz Liszt de Weimar. Remerciements à Daniel Osorio (citations du texte de Faraòn Meteosès) et Franziska Erdmann (soprano).


Création

  • 28 juin 2013, next_generation 5.0: SEAM Weimar, HMT Leipzig — Konzert, ZKM_Kubus, Karlsruhe (Bade-Wurtemberg, Allemagne)

Distinctions

Composition

Bleu, blanche, rouges

Maxime Barthélemy / Dana Mbé

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 6:05
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Ciel improbable et bouquet de choses s’adressent ici et correspondent — à ma première tentative d’une musique qui fane… autour de son auteur. La conduite de l’écoute repose principalement sur la suggestion d’images poétiques. À l’aide d’associations simples mais en constante évolution (un phénomène/une couleur), j’invite l’auditeur à sortir d’une linéarité de l’écoute et à adopter différentes postures. Dans ce sens, la palette des matériaux se veut économe; préférant trouver des solutions d’écriture par l’articulation et la mise en contraste de l’œuvre, en équilibre avec le potentiel anecdotique assumé des sons. La voix revêt une importance particulière à plusieurs niveaux, inutiles à énumérer, mais dont le sens est peut-être le moins important. La structure et la forme sont dans le respect du texte (prétexte?) original, bien que tressé sur lui-même ou parfois mis en aparté. Enfin, j’exploite ici la fonctionnalité d’un titre — lu hors du champ de l’écoute —, sans lequel ces trois mots resteraient tristement sans genre, ni nombre.


Avec la voix de Jutta Wernicke. Lieux de composition: Studio Pierre Schaeffer du Conservatoire à rayonnement régional de Paris et studio du compositeur. Création: 3 mars 2014, Musique à réaction 5.3, Auditorium du Conservatoire à rayonnement régional de Paris par le compositeur sur acousmonium Motus.


Création

  • 3 mars 2014, Maxime Barthélemy, diffusion • Musiques à réaction 5.3 — Concert 2, Auditorium Marcel Landowski — Conservatoire à rayonnement régional de Paris, Paris (France)

Distinctions