electrocd

Détail des pistes

Inside and out… again

Adrian Moore

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 12:41
  • Instrumentation: support 7.1 canaux

Stéréo

Inside and out… again est une œuvre pour concert issue du projet How Many Sounds. Ce projet tient sa complexité musicale de la création d’environnements plausibles rendus possibles par la multiphonie.

À mesure que je créais des environnements sonores de plus en plus complexes, je remarquais que cette complexité conduisait souvent à la sensation d’un environnement explorable» — la polyphonie de sources se transformant en une monophonie environnementale. Alors que des œuvres comme The Battle et Counterattack posent des questions, Inside and out… again repousse des limites (tout en étant musicalement cohérente).

Inside and out… again s’inspire à nouveau beaucoup de Dedans-dehors de Bernard Parmegiani et de la métaphore intérieur/extérieur, dedans/dehors, irréel/réel, inconnu/connu. J’ai commencé par des sons environnementaux; typiquement le genre d’enregistrements qu’on a déjà entendus: des voitures qui passent (métaphore du déplacement), des enregistrements de mon jardin. Ces sons se sont avérés être les plus adaptés. Les micros placés dans mon groseillier à 50 cm des mangeoires pour oiseaux ont capté des sons d’envol: ces battements d’ailes seront fondamentaux. Il y a également des abeilles (c’est donc une pièce d’oiseaux et d’abeilles), bourdonnant autour du micro. De ce fait, il a fallu amener dans le studio des abeilles à l’intérieur d’un bol en pyrex avec des micros coincés dans les trous d’une feuille A3. Enfin, il y eut des prises de son d’eau extérieures enregistrées à Creswell Crags et intérieures; l’eau qui s’écoule de mon lavabo (une autre métaphore intérieur-extérieur).

Et puis, nous avons les transformations: le bourdonnement d’abeilles devient un drone; leur vol anguleux est accentué par la spatialisation. Le vol des oiseaux devient un balaiement exagéré qui sert d’impulsion; un simple flottement devient mécanique. Grâce à la réverbération, les paysages réels ou virtuels deviennent des anecdotes ou des réminiscences. Les abeilles se métamorphosent en un essaim qui envahit littéralement la pièce. Les hauteurs de sons servent à lier les sections et la répétition des matières sonores est utilisée pour structurer la pièce.

En partant du réel vers l’irréel dans un environnement virtuel, ils ont chacun la possibilité d’exister simultanément. C’est cette construction d’un environnement qui continue à me fasciner.


Inside and out… again a été finaliste au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Création

  • 28 mai 2016, Música Viva 2016: Encontro X: Orquestra de Altifalantes, O’culto da Ajuda, Lisbonne (Portugal)

Distinctions

Ressort spiral

Sophie Delafontaine

  • Année de composition: 2014-16
  • Durée: 10:49
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9233621540

Stéréo

À Cyril

Dans le monde de l’horlogerie, tout est petit. C’est parfois si petit que cela ne fait presque pas de bruit, si petit que cela fait mal aux yeux.

Le ressort spiral est la pièce maitresse de la montre. Il est fixé au balancier et lui transmet l’énergie afin que la montre tourne. C’est dans cette minuscule pièce qu’est stockée toute l’énergie dont a besoin la montre pour fonctionner. Le ressort spiral est mis sous tension lors du remontage de la montre, puis il se détend progressivement faisant tourner les aiguilles des jours durant.

Cette contradiction me fascine. Comment une chose si infime peut-elle posséder une telle force?

En créant cette musique, je me suis plongée dans l’univers de mon grand-père. Avec l’aide de mon petit-cousin apprenti en haute horlogerie, j’ai pu découvrir une partie d’un monde que je ne faisais qu’entrevoir.

[i-19]


Ressort spiral a été réalisée en 2014-16 au studio de la compositrice à Bruxelles (Belgique) et a été créée le 23 mars 2016 durant le concert ÉlectroBelge à l’Espace Senghor à Bruxelles (Belgique). Merci à Maxime Tissot et à la Manufacture de Haute Horlogerie Cartier (La Chaux-de-Fonds, Suisse). Ressort spiral a obtenu le Prix du public ex æquo au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016) et a été sélectionnée comme œuvre imposée du Concours d’interprétation spatialisée Espace du son 2017. Ressort spiral a été créée avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Création

  • 23 mars 2016, ÉlectroBelge, Espace Senghor, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Composition

Che-toi

Demian Rudel Rey

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 8:09
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Che-toi est une œuvre électroacoustique qui s’inspire de la culture française et argentine par l’utilisation de mots monosyllabiques comme che, non, toi, moi, temp, etc.; ainsi que par l’utilisation de citations des œuvres de Rameau, Piazzolla, Pugliese. On y retrouve également des sons de bandonéon et d’accordéon.

La structure de la pièce est composée de 5 sections et d’une coda. Dans la première, les sons de voix chuchotées et de cordes frottées dominent. Dans la deuxième apparaissent des mots prononcés — tels que che et toi — qui déclenchent des sons plus complexes et chaotiques pour atteindre un climax. Ensuite, ce sont des fragments de musiques baroques qui composent la troisième section. La quatrième section fonctionne comme une transition avec du bruit brun, blanc ou gris superposé à des enregistrements in situ (field recordings) de sons urbains et des sons de pluies torrentielles enregistrés à Buenos Aires. On n’y retrouve ni voix ou instruments, ni rien qui rappelle le concept de la pièce. Dans la cinquième partie, on peut entendre des extraits de tango ou de bandonéon. Et enfin, comme pour résumer la pièce, la coda condense la plupart des matériaux utilisés dans Che-toi: des citations claires de Rameau ainsi que des références au tango suivies de murmures et de mots monosyllabiques.


Che-toi a été finaliste au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Distinctions

While the Sun Shines

John Coulter

  • Année de composition: 2013-16
  • Durée: 15:42
  • Instrumentation: support multicanal (Klangdom)

Stéréo

Il m’a fallu atteindre quarante-cinq ans pour admettre la sagesse du monde agricole où j’ai grandi. Je peux maintenant pleinement comprendre ce que mon père voulait transmettre en faisant vivre sa famille à la campagne. Il existe un bien-être difficilement accessible au sein du développement urbanistique, lui qui a passé toutes ses vacances scolaires dans une ferme en Nouvelle-Zélande à Milburn Otago, a pressenti la valeur de cette expérience. Cette pièce, qui a été composée durant plusieurs années, est dédiée à mes parents formidables Brian et Clare Coulter, qui, en 2016, célèbrent respectivement leurs 75e et 70e ans en même temps que leur cinquantième année de mariage.

L’expression «make hay while the sun shines» (lit. «faire les foins au soleil») pourrait vouloir dire: «Si vous avez l’occasion de faire quelque chose, faites-le avant que l’occasion ne passe». Ceci reflète une partie d’apprentissage et de découverte en vivant et travaillant dans une communauté agricole.


While the Sun Shines a été finaliste au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Distinctions

Portrait d’une manifestante

Theodore Lotis

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 11:04
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Commande: Musiques & Recherches

Stéréo


Commande de Musiques & Recherches. Composée au studio de l’Ionian University à Corfou (Grèce) et au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique). Merci à Esther Lamneck, Andreas Mniestris et Giorgos Stavridis pour les enregistrements de clarinette, saxophone et percussions, à Terry Vakirtzoglou, Giorgos Mizithras et Olga Vasiou pour les voix. Portrait d’une manifestante a été finaliste au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Création

  • 19 février 2014, Acousmatique international — La Grèce, Espace Senghor, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

L’ermitage au toit de chaume

Mirtru Escalona-Mijares

  • Année de composition: 2014-15
  • Durée: 15:25
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Ina-GRM

Stéréo

Cette pièce est un petit hommage au moine bouddhiste Ryōkan (1758-1831) et l’impression que m’a produit la lecture de ses quelques poèmes. Pour L’ermitage au toit de chaume, le point de départ de l’œuvre est l’image poétique de cinq tankas (poème japonais sans rimes, de 31 syllabes sur cinq lignes) écrits par Ryōkan dans des périodes différentes de sa vie.


L’ermitage au toit de chaume a remporté le Premier Prix au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Création

  • 25 janvier 2015, Multiphonies 2014-15: Akousma, Auditorium Saint-Germain — MPAA, Paris (France)

Distinctions

Le fil ébréché

Nicolas Nuyens

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 8:36
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Lente dégringolade funeste, pleine de fêlures, d’éclats et de ruptures, comme la métaphore d’un long coup d’archet émaillé d’accidents de parcours.

Le grain, le frottement, déclinés ici sous quelques formes, ainsi que le titre, s’inspirent du souvenir du geste d’un tzigane roumain, un peu griot, qui utilisait un crin détaché de son archet noué à une des cordes du violon pour produire un incroyable râle fragile, décroissant et itératif, venu accompagner une nouvelle plutôt triste.

Autour de cette idée de chute et d’aspérité dans les trajectoires, il y a des figures composées, une narration abstraite et accidentée elle aussi, qui proposent de sortir du cadre strictement morphologique de l’écriture sur support.


Le fil ébréché a été composée avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Direction générale de la culture, Service de la musique). Le fil ébréché a obtenu le prix ex æquo (catégorie étudiants) au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Création

  • 23 mars 2016, ÉlectroBelge, Espace Senghor, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Apax

Alexis Langevin-Tétrault

  • Année de composition: 2015
  • Durée: 8:02
  • Instrumentation: support 8.1 canaux

Stéréo

Apax reflète un processus de création marqué par un désir de déconcerter mes réflexes habituels de composition. La pièce est essentiellement constituée de différentes variations d’un seul son. Elle témoigne d’une recherche de variation dans la continuité par la modification progressive du timbre et la spatialisation.


La pièce a été conçue pour un système octophonique à l’aide des outils de spatialisation développés à l’Université de Montréal par le Groupe de recherche sur l’immersion spatiale dirigé par Robert Normandeau. Apax a obtenu le premier prix ex æquo (catégorie étudiants) au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Distinctions

Regression

Bihe Wen

  • Année de composition: 2013-15
  • Durée: 8:01
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Regression est une composition qui explore de multiples potentiels de spectromorphologie en utilisant une seule source sonore. Le son dans Regression provient entièrement de l’«Udu». Cet instrument africain en argile est à l’origine un récipient d’eau et de nourriture qui servait lors de cérémonies et qui sert encore à évoquer sa fonction originelle. En composant cette pièce, j’étais à la recherche d’un langage musical organique avec lequel je puisse composer une pièce dont la structure puisse ressembler à un organisme vivant dans tout son dynamisme. À petite échelle, les textures des sons qui paraissent d’abord différentes, révèlent souvent des relations étroites, dans la composition je me suis efforcé de révéler ces relations à l’aide de nombreuses transformations de ces différents sons. J’ai tenté dans ce travail d’incarner un esprit d’improvisation reflétant la liberté rythmique du matériel sonore initial.

Finalement, la motivation philosophique et poétique de cette pièce est de redonner à l’«Udu» sa relation à l’eau, non seulement en évoquant l’eau que l’instrument servait à transporter, mais pour honorer l’eau et la terre qui ensemble ont rendu sa fabrication possible.


Regression a été finaliste au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Distinctions

Odissea

Enrico Fiocco

  • Année de composition: 2015
  • Durée: 8:06
  • Instrumentation: support 4 canaux

Stéréo

L’odyssée est le voyage par excellence. Une succession d’événements et d’attentes dans laquelle le temps peut s’élargir ou se rétrécir. Les étapes de ce voyage sont ici ponctuées par le développement d’un geste électroacoustique. Grâce à une interface homme-machine, l’interprétation de ce geste se veut d’une même souplesse et expressivité qu’un geste instrumental.


Odissea s’est méritée une Mention d’honneur au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Distinctions

Stuck

Rafael Muñoz Gomez

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 10:57
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Être bloqué. Essayer. Essayer. Être encore bloqué. Chercher. Être toujours bloqué. Trouver. Ah, non, être encore bloqué. Finalement, composer, l’esprit crispé, une musique bloquée.


Stuck a reçu le Prix du public ex æquo au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Distinctions

Topophilia

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 8:25
  • Instrumentation: support 5.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9196090990

Stéréo

Le concept de topophilie renvoie à une attraction ou à une affinité avec le lieu, le lien entre une personne et un endroit précis. La topophilie est le résultat de la perception d’un environnement particulier. Dans le cas présent, ce terme est emprunté pour suggérer l’attrait d’un type de lieu, un espace chargé de signification musicale, qui présente des caractéristiques d’intimité et de proximité. Un topos musical abstrait, présent dans les zones intimes et personnelles et enraciné dans la matérialité concrète des objets sonores qui l’habitent. L’œuvre n’est pas seulement une interprétation artistique de la notion de micro-lieu auditif, mais aussi une tentative de travailler avec la réalité de cette notion de telle sorte que la notion imprègne la réalité.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Topophilia [Topophilie] a été réalisée au premier semestre 2016 au studio du compositeur et a été créée le 8 octobre 2016 pendant le festival Visiones Sonoras à Morelia (Mexique). Topophilia a reçu le premier prix au Concours international de composition électroacoustique Iannis Xenakis (Thessalonique, Grèce, 2017), le premier prix dans la catégorie acousmatique au 9e Concours de composition électroacoustique Destellos (Mar del Plata, Argentine, 2016), le Prix de la catégorie musique électronique au USF New-Music Consortium Competition (Tampa, FL, ÉU, 2017), le Prix résidence ICST au Concours international de composition électroacoustique de Monaco (2016), le deuxième prix au concours Klang! (Montpellier, France, 2017) et une mention spéciale au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Belgique, 2016).

Création

  • 8 octobre 2016, Visiones Sonoras 12 — 2016, CIME / ICEM 2016: Concierto CIME 2, Escuela Nacional de Estudios Superiores — UNAM Campus Morelia, Morelia (Mexique)

Distinctions

Composition

Contemplating Larry

Elainie Lillios

  • Année de composition: 2015
  • Durée: 12:12
  • Instrumentation: support multicanal
  • Commande: Larry Austin

Stéréo

À Larry Austin

Contemplating Larry est un «portrait» abstrait — en trois mouvements: Articulations; Drones; Portraits — du compositeur Larry Austin. La pièce est constituée exclusivement à partir d’échantillons des compositions de Larry, qui couvrent cinquante-cinq ans et de nombreux supports. Aucun des échantillons n’a été retraité; ils sont tous des sons de Larry (hormis trois exceptions à la fin du 3e mouvement) qui ont été «recontextualisés» et recombinés pour illustrer l’univers sonore riche et varié du compositeur.


Contemplating Larry est une commande de Larry Austin et lui est (bien sûr) dédié avec admiration et gratitude Contemplating Larry a obtenu une mention spéciale au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2016).

Création

  • 29 septembre 2015, Elainie Lillios, diffusion • ICMC 2015: Concert 20, Lyric Theater — Murchison Performing Arts Center — University of North Texas, Denton (Texas, ÉU)

Distinctions