electrocd

Détail des pistes

If (and only if) I am among

James O’Callaghan

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 9:03
  • Instrumentation: support 4 canaux (avec diffusion sonore complémentaire: lointain, et au-dessus du public)

Stéréo

If (and only if) I am among est une pièce acousmatique qui combine deux de mes pièces pour instruments et électronique: If:Iff (2014) et Among Am A (2015). Lors de la création de telles pièces, je crée des matériaux électroacoustiques étendus qui parfois ne sont jamais entendus dans la réalisation de la performance finale, et donc transporter ces artefacts du processus de composition dans un nouvelle œuvre peut leur donner une nouvelle vie. En plus de ces matériaux, j’ai également pris les enregistrements des créations des pièces instrumentales — par le McGill Contemporary Music Ensemble et Ensemble Paramirabo, respectivement — en tant que matériau de base.

J’ai choisi de lier ces deux pièces parce qu’elles examinent des idées connexes qui ont de nouvelles significations dans un contexte acousmatique. If:Iff met en valeur l’idée de la cause à effet grâce à une séparation du geste de performance et du son résultant, ainsi qu’une image sonore de l’éclatement du verre et du «non-éclatement», comme si on remontait dans le temps. Among Am A examine l’expérience de l’écoute de concert et la rupture de la division entre les sons, les gestes et les espaces «musicaux» et «non- musicaux».

Le contexte acousmatique rompt naturellement le geste et le son en offrant un autre point de vue pour ces idées, et donc active l’imagination.

[ii-18]


Création

  • 28 septembre 2017, Électrochoc 2017-18: Électrochoc 1: James O’Callaghan, Studio multimédia — Conservatoire de musique de Montréal, Montréal (Québec)

Distinctions

Grito Enceguecido

Nahuel Litwin / Nahuel Litwin

  • Année de composition: 2018
  • Durée: 8:24
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Conçue à l’origine avec différents sons urbains, cette pièce a changé de direction suite à une manifestation à Buenos Aires. L’énergie de la foule, les bruits, les odeurs, les lumières m’ont inspiré un texte autour duquel la pièce se structure. Voix féminine: Raquel Ameri.

[Source: MR 2018]


Distinctions

Fantasia Essata

Alex Buck

  • Année de composition: 2018
  • Durée: 10:39
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Le titre de la pièce fait référence au concept du même nom inventé par le scientifique et artiste italien de la Renaissance, Leonard De Vinci. J’ai découvert ce concept dans un article de Vilem Flusser dans lequel il explique que les images photographiques (ou, dans le cas de la musique, les sons enregistrés) sont de bons exemples de matières issues de la rencontre entre deux domaines, à savoir la Science et l’Art. Les sons et les images photographiques sont issus de la science, car les caméras et les enregistreurs audio n’ont pu exister que grâce à l’innovation scientifique; mais ils peuvent également être des produits artistiques s’ils sont utilisés en tant qu’éléments d’une syntaxe artistique. Même si les domaines de la science et de l’art n’étaient pas si distincts à l’époque de De Vinci, cette union est ce que Léonard de Vinci appelait la «Fantasia Essata» — résultat à la fois de la précision et de l’objectivité scientifique, et de la subjectivité et de l’inventivité inhérente aux pratiques artistiques. J’ai décidé de nommer ma pièce d’après ce concept, notamment parce que je n’ai utilisé que des sons enregistrés (concrets) en tant que «materia-prima» pour composer cette pièce.

[Source: MR 2018]


Distinctions

I dreamt that I died and came back as a moth trapped in a practice room piano

Gordon Delap

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 9:26
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Cette pièce a été conçue à partir de sons et d’idées abandonnés, initialement destinés à une composition pour piano et sons électroacoustiques. J’ai finalement décidé de les utiliser dans J’ai rêvé que je mourrais et que je revenais en tant que papillon de nuit coincé dans le piano d’une salle de répétition. Cette composition est en partie une réflexion sur la répétition infinie et sur la fragilité de la vie. De plus, je pense que le piano peut nous laisser froids: on peut le respecter sans vraiment l’aimer. C’est une relique autoritaire, un monstre de par sa taille et de par sa forme. Outillé comme un instrument de torture avec un sourire jusqu’aux oreilles, il est immobile, rigide, et brise le matériau musical en interrompant ses lignes de manière disgracieuse. Il nous évoque des micro-traumatismes répétés et des déchirures de tendons, ou encore, selon les non-musiciens, des leçons de piano qui, enfants, les auraient dégoûtés à vie de toute formation musicale. Ainsi, le piano est autant un grand destructeur qu’un grand créateur. Le titre fait allusion au fameux passage du papillon, extrait des écrits de Zhuangzi, qui dans une des traductions, se lit comme suit: «Zhuangzi rêva une fois qu’il était un papillon, un papillon qui voletait et voltigeait alentour, heureux de lui-même et faisant ce qui lui plaisait. Il ne savait pas qu’il était Zhuangzi. Soudain, il se réveilla, et il se tenait là, un Zhuangzi indiscutable et massif. Mais il ne savait pas s’il était Zhuangzi qui avait rêvé qu’il était un papillon, ou un papillon qui rêvait qu’il était Zhuangzi. Entre Zhuangzi et un papillon, il doit bien exister une différence! C’est ce qu’on appelle la Transformation des choses».

[Source: MR 2018]


Distinctions

Traces of Play

Ambrose Seddon

  • Année de composition: 2016-17
  • Durée: 11:11
  • Instrumentation: support 4 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média

Stéréo

À ma mère et mon père, Veronica et Peter, qui, comme créateurs et comme parents, étaient très inspirants; ils m’ont toujours soutenu et encouragé.

Cette œuvre s’inspire des jeux auxquels j’ai joué avec mon fils dans ses premières années, autant avec ses jouets qu’avec des objets courants. J’étais attiré par les types de jeux auxquels il s’adonnait, ainsi qu’aux processus et à leurs résultats sonores: répéter une chose, explorer d’autres potentiels, ou encore essayer quelque chose une fois puis passer à une autre activité plus intéressante. J’ai voulu capter les sons de ces types d’objets avec lesquels nous jouions régulièrement, en adoptant, dans mes explorations musicales, l’esprit ludique de mon fils. Je tenais aussi à développer certaines idées tout en en laissant d’autres dans un état embryonnaire, ouvertes à un retour sans en faire une règle stricte. Bon nombre des sons de départ ont été transformés en profondeur. Néanmoins, j’espère que des traces du jeu musical qui sous-tend cette pièce demeurent perceptibles ici et là.

[traduction française: François Couture, v-20]


Traces of Play [Traces de jeu] a été réalisée en 2016-17 dans l’EMS (Stockholm, Suède) et le studio du compositeur; elle a été créée le 2 juin 2017 dans le cadre du Festival de musique électroacoustique Klang! à Montpellier (France). Merci à tout le monde au EMS pour l’aide et le soutien pendant ma résidence. Traces of Play a obtenu le 2e prix au Concours international de composition électroacoustique Klang! (Montpellier, France, 2019) et le 2e prix au 11e Concours de composition électroacoustique Destellos (Mar del Plata, Argentine, 2018), en plus d’être finaliste au Concours de musique acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2018). Traces of Play faisait partie de la sélection représentant le British Electroacoustic Network à l’assemblée générale annuelle de la Confédération internationale de musique électroacoustique (CIME) (Beijing, Chine, 2018).

Création

  • 2 juin 2017, Klang! électroacoustique 2017: Concert 3, Salle Molière — Opéra Comédie, Montpellier (Hérault, France)

Distinctions

Composition

Return to Homeland

Shen Lin

  • Année de composition: 2018
  • Durée: 8:06
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

Cette chanson est inspirée de l’histoire vraie de la tribu mongole Thorgut qui déménagea à l’ouest de la Volga (1630) pour revenir ensuite sur ses terres (1771). Les matières sonores proviennent de la danse mongole Shawuerden, de la province chinoise de Xinjiang. Les paroles de la chanson décrivent la scène suivante: au-delà du lac clair, de belles filles dansaient avec tout leur cœur et avec leurs parents à leurs côtés. En dansant la Shawuerden elles chantaient avec joie et faisaient résonner toute la vallée. En modifiant la musique de la Shawuerden, la pièce indique que la tribu redoutait la mort due à la guerre ou la peste et aspirait à la vie et au bonheur d’un retour sur leurs terres natales. La pièce débute dans l’indécision avec des sons qui donnent l’impression de capturer des directions précises, mais qui sont éphémères. Viennent s’ajouter des sons de cristal qui ouvrent un autre horizon. Mais très vite, ce beau paysage est perturbé par de puissants sons extérieurs. L’intensité de ces motifs, rythmes et scansions, crée un contrepoint naturel qui intensifie l’inconfort jusqu’à ce que le sentiment d’oppression nous submerge. Soudain arrive une lumière comme si une force divine nous guidait à distance et que ce grand tableau sonore s’évanouissait dans notre esprit.

[Source: MR 2018]


Cette composition a été soutenue par le China Scholarship Council. Chanteuse folk: Sambuu, Wurnaa; Tovshuur: Sambuu, Lin Shen.

Distinctions

Knars

Roeland Luyten

  • Année de composition: 2018
  • Durée: 9:38
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

Des sons cristallins d’éclats de verre se fondent en une boue informe. Des figures rythmiques se frottent contre des résonances spectrales et créent un bégaiement continu. Cette pièce a été composée à l’envers. Du point à la ligne, de la ligne à la surface. Des petits motifs générés aléatoirement faits de sons percussifs courts sont sélectionnés et liés pour former des grappes plus imposantes.

[Source: MR 2018]


Knars est une pièce électroacoustique octophonique réalisée en 2018 dans les studios de Musiques & Recherches.

Création

  • 25 avril 2018, Roeland Luyten, diffusion • ÉlectroBelge, Le Senghor, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Fluxus, pas trop haut dans le ciel

Jaime Reis

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 9:15
  • Instrumentation: support 16 canaux

Stéréo

Cette pièce appartient au cycle Fluxus dont les éléments musicaux sont inspirés de composants et phénomènes physiques comme la mécanique des fluides. Cette pièce est particulièrement centrée sur ce que j’appelle des paysages «aériens». Le développement formel est basé sur les trois piliers qui ont inspiré les concepts de Bernie Krause: la géophonie, la biophonie et l’anthrophonie. La spatialisation agit comme un paramètre musical central. La distribution des sons dans l’espace est tirée non seulement de mouvements et formes spatiales, mais également associée à des changements spectraux, différences de vitesses ou d’autres paramètres rendant les mouvements (chemins) plus ou moins identifiables. Ces «formes» ou «chemins» ne doivent pas être écoutés comme un catalogue de mouvements puisqu’ils sont reliés aux aspects formels de la macro-structure et au flux d’énergie présents dans chacun des univers sonores.

[Source: MR 2018]


Commandée dans le cadre du projet «The Soundscape We Live In», projet européen organisé par le GMVL, Tempo Reale, Amici della musica de Cagliari, l’AFEA et l’Université Ionienne. L’œuvre a principalement été réalisée lors dúne résidence dans les studios de Musiques & Recherches (Ohain, Belgique).

Distinctions

Composition

Vestiges

Sebastian Edin

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 10:06
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Det Kongelige Bibliotek — København

Stéréo

Vestiges a été inspirée par ma fascination pour les qualités spectrales (dans les deux sens du terme) du son enregistré et composée pendant une visite prolongée aux Îles Féroé en automne 2017. Travailler avec ces sons a été comme se laisser hanter, à travers des rites électroniques, pour se souvenir et ainsi créer d’innombrables passés. Cette relation entre la technique et le temps, l’une demandant l’autre, est la principale fondation d’une pièce en écriture. Durant celle-ci, j’en suis venu à questionner ma façon d’expérimenter la mémoire et ses mécanismes; et cela à travers les modes d’utilisation de microphones, d’enregistreurs portables, logiciels de traitement audio, haut-parleurs… ainsi qu’à travers la voix d’une autre.

[Source: MR 2018]


Vestiges est une commande de La bibliothèque royale danoise à Copenhague. La première de cette pièce fut à Den Sorte Diamant, Copenhague, le 4 novembre 2017. Voix: Anna Katrin Egilstrøð.

Distinctions

Schrei

Pierre-Luc Senécal / Jonathan Littell

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 9:44
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

Schrei est une pièce électroacoustique sur le thème de seconde guerre mondiale. Des enregistrements de grands objets en métal, de voix, de respirations et d’hymnes socialistes ont été assemblés et spatialisés sur 8 haut-parleurs pour essayer d’évoquer un cri métaphorique, comme si toutes les victimes de la guerre hurlaient d’une seule voix. Le texte, souvent cité, avec le consentement de l’auteur, vient de The Kindly Ones écrit par Jonathan Little. Comme lui, je crois que «toutes les horribles choses qu’on fait aux autres sont complètement injustifiées» (Haaretz, mai 2008).

[Source: MR 2018]


Distinctions

Reminiscências (Memorial A Um Cidadão Comum)

Levy Oliveira

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 8:17
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

Cette pièce est une réflexion sur la vie elle-même. La musique agit comme si l’auditeur était à l’intérieur de l’esprit de quelqu’un proche de la mort qui se remémore les moments importants de sa vie comme son enfance, ses expériences sexuelles, ses fêtes, son travail et sa mort. La pièce utilise des sons enregistrés et synthétiques pour suggérer ces différents environnements, parfois de manière claire, parfois de manière floue, illustrant des étapes de la vie que la plupart des gens expérimentent.

[Source: MR 2018]


Distinctions

Opaque Fragments

Marc Parazon

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 8:31
  • Instrumentation: support

Stéréo

La lente combustion de foyers incandescents partant en fumée
Irruption d’éclats électriques troublant la solitude triomphante de leurs volutes
L’ascension et la chute irrémédiable en un substrat volcanique refroidissant
Espace accordant à ses prisonniers la transparence

[Source: MR 2018]


Distinctions

Karst Grotto

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 8:00
  • Instrumentation: support multicanal ambisonique
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9304205718

Stéréo

Le titre Karst Grotto [Grotte karst] (choisi pour ses onomatopées et ses références directes à des types de paysages, ainsi qu’à des structures et des processus spatiaux géologiques) reflète le monde sonore de l’œuvre. Le karst, une topographie particulière, est créé par la dissolution des types de roches solubles au contact d’eaux de pluie acides. Un processus chimique microscopique caractérise la morphologie de paysages entiers et génère des réseaux complexes de caractéristiques et de textures à très petite échelle — des micro-lieux —, comme des fissures et des rillenkarrens.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Karst Grotto a été réalisée entre juillet 2016 et janvier 2017 dans les studios du Département de technologie de la musique et d’acoustique du l’Institut d’éducation technologique de Crète (Grèce) et à l’Institute for Computer Music and Sound Technology (ICST) du Zürcher Hochschule der Künste (ZHdK) à Zurich (Suisse); elle a été créée le 4 novembre 2017 pendant la série de concerts Sound Junction à Sheffield (RU). Merci beaucoup à Johannes Schütt pour ses conseils et son soutien. Karst Grotto a reçu le deuxième prix dans la catégorie musique électronique au Computer Space (Sofia, Bulgarie, 2018) et une mention spéciale au 10e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Belgique, 2018).

Création

  • 4 novembre 2017, Sound Junction Autumn 2017: Concert 2: Nikos Stavropoulos, Firth Hall — Firth Court — The University of Sheffield, Sheffield (Angleterre, RU)

Distinctions

Composition

Astérion

Rocío Cano Valiño

  • Année de composition: 2018
  • Durée: 8:22
  • Instrumentation: support
  • ISWC: T3004288506

Stéréo

Astérion est une pièce acousmatique stéréophonique inspirée par La Demeure d’Astérion de J L Borges. On donne le nom de Minotaure à un monstre qui a le corps d’un homme et la tête d’un taureau. Il s’appelle en réalité Astérion, et vit dans un immense palais (le Labyrinthe) composé d’un tel enchevêtrement de salles et de couloirs qu’il est impossible à tout autre qu’à son architecte (Dédale) d’y retrouver son chemin. Aux yeux d’Astérion, le Labyrinthe est à la fois fini et infini et, par conséquent, tout autant sa maison que sa prison. Les journées se passent à jouer, à courir à travers les galeries de pierre et à faire semblant de dormir. Tous les neuf ans, neuf hommes entrent dans le labyrinthe et Astérion les délivre de leur souffrance.

[Source: MR 2018]


Distinctions

Moments of Liberty II: Falling Within

Dimitris Savva

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 13:59
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

«De la surface aux profondeurs…»

Je remercie les danseuses Madeline Shann et Tara Baker et le danseur Dawn Webster pour leurs belles performances, enregistrées et utilisées dans la pièce.

[Source: MR 2018]


Distinctions