Prix international Noroit-Léonce Petitot 1991 (CD) Détail des œuvres

Éclats de voix

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 14:47
  • Instrumentation: support 14 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: CKUT FM, avec l’aide du CAC
À Martine Blain

J’ai choisi ce titre d’abord pour le sens premier qui lui est rattaché, l’éclatement de la voix en petits morceaux, et ensuite, pour le sens second, celui de la colère, celle des jeunes enfants qui apparaît et disparaît aussi soudainement qu’une tornade. Cette voix était celle d’une enfant de 11 ans qui a bien voulu se prêter au jeu de l’enregistrement de plusieurs dizaines de sons extraits du Dictionnaire des bruits de Jean-Claude Trait et Yvon Dulude. L’œuvre est divisée en cinq sections qui représentent autant d’‘états’ de l’enfance associés à des paramètres sonores. Ces différentes parties sont présentées les unes à la suite des autres dans la version concert ou séparément dans la version radiophonique.


Éclats de voix a été composée au studio du compositeur et au Groupe de recherches musicales (GRM) à Paris à partir d’enregistrements de la voix de Marie-Hélène Blain. La pièce a été créée en version radiophonique (stéréophonique) le 26 septembre 1991 à CKUT FM à Montréal. Éclats de voix est une commande de CKUT-FM à Montréal et elle a été réalisée grâce au Conseil des arts du Canada (CAC). Elle a remporté le 1er prix du jury et le Prix du public ex æquo au 2e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1991) et a été gravée sur le disque compact Prix international Noroit-Léonce Petitot 1991 (NOR 2). Elle a aussi remportée une Mention au Stockholm Electronic Arts Award (Suède, 1992), une Mention d’honneur au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1993) et une 1e mention au Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1993).


Création

  • 26 septembre 1991, Concert, CKUT FM, Montréal (Québec)

Distinctions

Obsession

Todor Todoroff / Charles Baudelaire

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 11:13
  • Instrumentation: support 4 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média

Obsession est une recherche / variation sur le thème d’Éros et de Thanatos. Les matériaux sonores de la pièce proviennent principalement de deux types de sources dont les multiples transformations se succèdent ou se mélangent par montage et par mixage de manière à créer contrastes et coïncidences poétiques.

Le premier type de source est constitué d’enregistrements stéréophoniques d’eau qui coule et de vagues, utilisés de deux manières différentes. Traités globalement par filtrage et spatialisation, ils créent des masses sonores variables qui entraînent l’auditeur dans leur tourbillon de plus en plus rapide. Ces même sons, analysés en fonction de leur répartition énergétique dans de multiples bandes fréquentielles, vont révéler la nature microscopique et chaotique de l’eau qui se cache sous l’apparente sérénité du mouvement d’ensemble. Cette analyse donne naissance à une polyphonie répartie sur quatre chaînes acoustiques (les quatre canaux d’une diffusion quadriphonique). Elle est complétée par un dispositif à rétroaction qui permet d’influencer l’évolution du système en fonction de sa propre histoire. En synthétisant les notes obtenues à partir des fréquences analysées et en réinjectant ces sons synthétiques à l’entrée du système, les notes s’auto-entretiennent jusqu’à ce qu’une perturbation suffisamment forte, issue des notes générées par l’analyse des sons d’eau, les fassent basculer, symbolisme de la vie où une multitude de stimuli extérieurs, souvent contradictoires, vont parfois modifier de manière décisive le cours d’une existence.

Le second type de source est constitué d’extraits de poèmes de Baudelaire et d’autres textes qui sont lus et échantillonnés. Ces échantillons sont ensuite fragmentés, transformés, assemblés et spatialisés. L’évolution va du micro-montage au début jusqu’à la phrase complète en passant par la succession de mots dont l’assemblage pas toujours innocent fait naître des images mentales plus ou moins troublantes associant le plaisir et la douleur, l’amour et la mort.

Composée en quadriphonique, Obsession utilise largement les localisations multiples (avant / arrière, gauche / droite, proche / lointain) et les mouvements de rotation.

[i-19]


Obsession a été réalisée en 1991 au studio d’ARTeM (Art, recherche, technologie et musique) à Bruxelles (Belgique) et a été créée le 2 août 1991 durant le festival Bunker 91 à Anvers (Belgique). Merci à Sophie Beernaerts et Coralie Gary, voix enregistrées. Elle a obtenu le Prix du public ex æquo au 2e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1991) et a été gravée en 1992 sur le disque compact Prix international Noroit-Léonce Petitot 1991 (NOR 2). Elle a aussi été gravée en 1993 sur le disque compact Presence One (DIV 02).


Création

  • 2 août 1991, Bunker 91, Anvers (Belgique)

Distinctions

Les objets obscurs

Åke Parmerud / Åke Parmerud

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 14:43
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Ina-GRM

Les objets obscurs a été composée lors d’un séjour intensif dans le Studio 116 de l’Ina-GRM à Paris au cours de l’été 1991. Puisque j’étais invité à faire une pièce au sein de cette vénérable institution, il était naturel de penser à quelque chose qui soit proche de la tradition historique du GRM. Ainsi, autant le concept que les matériaux et les méthodes de composition sont reliés à l’essence de la musique concrète. À travers le texte utilisé, la pièce est autosuffisante pour en saisir le sens, mais certaines explications peuvent tout de même être utiles. Les objets obscurs est un ensemble d’énigmes qui décrivent partiellement l’objet physique qui génère le son, partiellement le contenu musical de chaque mouvement. La réponse à ces énigmes se trouve dans chacun des quatre mouvements.

Voici comment cela fonctionne: un court texte est dit en français qui présente l’énigme, immédiatement suivi par un mouvement (c’est-à-dire: l’équivalent musical de l’énigme). Chaque mouvement est construit autour des sons et des transformations des sons produits par un seul objet quotidien (comme une chaise, un verre…). Un mouvement, un objet. À la fin du dernier mouvement, la solution de toutes les énigmes est présentée. Ces réponses, cependant, créent une nouvelle énigme qui, elle, n’est pas résolue.

«Mesdames et Messieurs, écoutez — Les objets obscurs!

Le premier est le point d’où surgit une énigme.

Le deuxième: un paysage ambulant. Un déplacement perpétuel. Quelque chose qui frôle sans toucher. Un mouvement sans but. Un objet de repos.

Le troisième: Des corps convexes lancés dans une série de collisions. Des mouvements hasardeux sur des surfaces irrégulières. Quelque chose qui est aimé sans aimer. Quelque chose qui s’assemble pour s’éparpiller aussitôt.

Le quatrième: L’union entre le premier et le dernier. Le premier étant l’origine de l’énigme. Le dernier, la décomposition du premier.

La solution: le premier est une serrure; le deuxième est une chaise; le troisième est vingt-deux billes de pierre; le quatrième est à la fois la voix et la langue, et l’énigme des objets obscurs… c’est la Musique.»

[viii-18]


Les objets obscurs a été réalisée en juillet 1991 au Studio 116 du Groupe de recherches musicales (Ina-GRM) à Paris (France) et a été créée le 27 octobre 1992 dans le Grand Auditorium de la Maison de la radio à Paris (France). Elle est une commande de l’Ina-GRM. Merci à Dominique Andrieux (narration enregistrée). Les objets obscurs a obtenu le 2e Prix au 2e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1991) et un Prix au Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1993).


Création

  • 27 octobre 1992, Son-Mu 92: Concert, Grand Auditorium — Maison de la radio, Paris (France)

Distinctions

Meta incognita

Philippe Le Goff

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 10:02
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média

Sur la Meta incognita, où j’ai débarqué un jour, irisaient dans le silence quelques rires mêlés au vent et les accents d’un tambour chamanique…

[i-95]


Meta incognita a été réalisée en 1991 grâce à une bourse Villa Medicis hors les murs. Créée le 23 novembre 1991 dans le cadre du concert du Prix international Noroit-Léonce Petitot à Arras (France), Meta incognita a été enregistrée sur le disque compact Prix international Noroit-Léonce Petitot 1991 (NOR 2) en 1992.


Création

  • 23 novembre 1991, 2e Prix international Noroit-Léonce Petitot, Centre culturel Noroit, Arras (Pas-de-Calais, France)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.