electrocd

Détail des pistes

Move 1

Ned Bouhalassa

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 11:39
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Yul média
  • ISWC: T0715224228

Stéréo

À mes parents, Larbi et Marie-Françoise

Move 1 représente, sous forme d’anecdotes et d’abstractions, le mouvement animal et le mouvement humain. Elle offre une poétique du mouvement, plutôt qu’une recherche pure sur le comportement du son dans l’espace. L’auditeur reconnaîtra le vol d’abeilles et d’oiseaux, humains sur patins ou sur planches à roulettes… éléments sonores qui se déplacent en se juxtaposant à leurs ombres abstraites, images percutantes se faisant l’écho du monde ‘naturel’. Cet échange, ce renvoi entre ce qui est reconnaissable (stable) et l’inconnu (instable), est au cœur de mon travail et oriente la forme de mes œuvres.

D’un point de vue technique, j’ai voulu intégrer mes explorations du logiciel MAX (IRCAM) à mon travail de composition. Afin d’obtenir des morphologies semblables à celles que permet le SYTER à l’Ina-GRM, j’ai réalisé un générateur MIDI qui me permet de contrôler le point de départ de lecture d’un échantillon, ainsi que de nombreux autres paramètres, en temps réel. Cet appareil m’a permis de générer de la matière en évolution continue à partir d’une seule prise de son.


Move 1 a été réalisée en 1994 à l’Université de Montréal (merci à Francis Dhomont et Jean Piché) et a été créée le 20 avril 1995 dans le cadre du 4e Festival international de musique contemporaine (Bogotá, Colombie). Move 1 a été finaliste au 4e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1995) et a été gravée sur le disque compact Prix international Noroit-Léonce Petitot 1995 (NOR 4). Une version abrégée se retrouve aussi sur le disque compact The Swarm of Drones (Asphodel 0953).

Création

  • 20 avril 1995, Concert, Bogotá (Colombie)

Composition

Elastic Rebound

Randall Smith

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 11:11
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0727934204

Stéréo

Elastic Rebound (Rebond élastique) est la deuxième de trois compositions explorant l’activité géologique de la terre. Le terme de géologie ‘rebond élastique’, créé après le tremblement de terre de San Francisco, en 1906, renvoie au mouvement des forces tectoniques emportées dans des directions opposées de chaque côté d’une ligne de faille. La plaque se courbe, et des fractures apparaissent aux points les plus faibles. Vient ensuite un rebond appelé ‘rebond élastique’. L’œuvre émerge sur le fond métaphorique de ces mécanismes géologiques. J’ai amassé des événements sonores, beaucoup sont d’origine non musicale, pour donner voix aux phénomènes naturels. Tous conspirent pour créer l’image d’un paysage en mouvement. J’ai pu modifier les dynamiques et les masses en isolant et en élaborant chaque son individuellement. Le mixage ultérieur de ces objets crée un effet sonore de désordre et de cataclysme.

Elastic Rebound évoque avec force la tension du recul géographique. Les plaques tectoniques se heurtent et se repoussent, laissant échapper des gaz. Un grouillant monde souterrain se ramasse puis se disperse dans un unique et furieux soulèvement. Les forces cachées, accumulées au seuil du visible, conspirent la création de nouveaux mondes. Ici, tout est en transformation. Chacun des centaines de sons cède rapidement le pas au suivant. Exhalations, reniflements, craquements et bourdonnements se forment en tempêtes et montent dans un crescendo de fractures. Ces gestes d’ouverture et de fermeture préludent à un nouvel établissement, dans une trêve accordée par l’histoire et la géographie.

MH

[xii-99]


Elastic Rebound, réalisée au studio du compositeur en 1995, avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC), a été créée le 22 septembre 1995 à Montréal, dans le cadre du Symposium international des arts électroniques, ISEA95_Montréal. Elastic Rebound a reçu le Premier prix du jury et le Prix du public au 4e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1995) et a été précédemment gravée sur le disque Prix international Noroit-Léonce Petitot 1995 (NOR 4).

Création

  • 22 septembre 1995, ISEA95_Montréal: Concert, 5e salle — Place des Arts, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

«… Ceci est un message enregistré…»

Marc Tremblay

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 10:14
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Yul média
  • Commande: ACREQ, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0704792528

Stéréo

À Sylvain Carette et à Alain Thibault

Une musique qui explore l’univers sonore du téléphone, avec ses sonneries, ses vices cachés, ses vides, ses voix anonymes, et le rapport plus ou moins direct au thème de la communication, dans un monde où l’on communique de plus et qui est pourtant étrangement fermé sur lui-même.

Finalement, la solitude comme toile de fond.

[xii-99]


«… Ceci est un message enregistré…» a été réalisée en 1994 au studio du compositeur Yves Daoust à Montréal et a été créée le 19 juin 1994 lors du concert soulignant le 15e anniversaire de l’ACREQ à la salle Redpath à Montréal. «… Ceci est un message enregistré…» est une commande de l’ACREQ avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). Merci à Ned Bouhalassa. Elle a obtenu une Mention d’honneur au 16e Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1994) et a été présélectionnée pour le Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1995).

Création

  • 19 juin 1994, 2e concert 15e anniversaire, Salle Redpath — Université McGill, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Sieve

Adrian Moore

  • Année de composition: 1994, 95
  • Durée: 13:12
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0114802195

Stéréo

ISRC CAD500014230

Sieve est une œuvre radiogénique utilisant des sons naturels et des manipulations électroniques de ces sons. Le tamis (‘sieve’) sépare les matériaux, informations, sons et significations, selon les besoins.

À l’écoute, l’auditeur place dans une hiérarchie personnelle les événements sonores recelant un potentiel musical. Souvent les sons diffèrent de ce à quoi l’on s’attendait, habitant des paysages sonores inconnus, et se trouvant dénués de certains attributs des sons, telles l’attaque et la chute. Si l’on force l’écoute au mauvais moment, la clarté de l’écoute est modifiée et l’on peut parfois entendre quelque chose de ‘musical’. Imaginons par exemple une marche le long d’une route. Normalement, on écoute les autos en approchant d’un carrefour, et les oiseaux ou le vent dans les arbres en avançant le long du trottoir. Si — à l’inverse — on écoutait les autos en marchant sur le trottoir, et les oiseaux au carrefour, cela modifierait notre rapport avec le milieu et frustrerait nos efforts pour écouter (sans compter le risque de se faire écraser!).

Dans Sieve, on envoie une quantité colossale de données sonores à l’auditeur auquel on demande naturellement d’en tirer un sens. On lui demande par exemple de comparer des intérieurs et des extérieurs en le transportant d’un salon jusqu’à un square urbain. Mais on obscurcit ce passage à l’aide d’une morphologie conjuguant le carillon d’un pendule de voyage et une cloche d’église. Plus loin dans la pièce, l’auditeur est ramené à l’extérieur par le son d’une chasse d’eau. Les sens métaphoriques que la juxtaposition des événements sonores suggère ne sont que cela: une suggestion.

[ix-00]


Sieve a été réalisée à l’été 1994 dans le Studio F (le studio d’Elizabeth Parker) du BBC Radiophonic Workshop à Londres (RU) et a été créée à la chaîne 3 de la BBC dans le cadre de la série Between the Ears en 1994. L’œuvre a reçu le soutien financier du Barry Anderson Trust. Merci à Elizabeth Parker. Sieve a reçu le 2e Prix au 4e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1995).

Création

  • 1994, Between the Ears, Radio 3 — BBC, RU

Distinctions

Composition