L’œil écoute; Dedans dehors (Vinyle LP) Détail des œuvres

L’œil écoute

Bernard Parmegiani

  • Année de composition: 1970
  • Durée: 19:17
  • Instrumentation: support stéréo

«Peut-être qu’à trop regarder, l’homme finit par ne plus écouter. Et l’œil, devenu “un promeneur solitaire" n’a d’oreilles que pour ce qui l’agresse.» —Bernard Parmegiani

«L’image fixée du temps, perceptible en tant que telle, peut se constituer dans l’écoute en se donnant à revivre, comme un défilement, le vécu d’un trajet ou le passage éternisé de quelque chose. Comme tous les musiciens concrets, B. Parmegiani cède à ce charme. Cela prend chez lui les tournures d’une tentation permanente, frappée d’un interdit, et d’une certaine crainte. Ne voulait-il pas ‘en finir avec le pouvoir d’Orphée’?» —Philippe Mion in «Portrait polychrome- Bernard Parmegiani», Paris. CDMC / INA-GRM, 2002

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Dedans-dehors

Bernard Parmegiani

  • Année de composition: 1977
  • Durée: 22:24
  • Instrumentation: support stéréo
À François Bayle, l’ami et compagnon de ces années musicales

Après l’utilisation de différentes formes d’écritures, laissant apparaître la notion de «nature sonore», j’ai eu envie d’explorer le monde si généreux de ce que je nommerais les bruits «artificiels (dus à des activités humaines)», et les bruits naturels. Les bruits sont les indices d’une vie présente proche ou lointaine, dans l’espace ou dans le temps. Les sons naturels révélent bien souvent un pouvoir de séduction, une force, une dynamique énergétique qui nous échappe mais que j’ai tenté par le biais de l’écoute interne d’exorciser. Leur captation amplifie le pouvoir d’approcher la logique du déroulement de leur existence. À l’écoute de la matière sonore, par interprétations et expression il est alors possible de métamorphoser.


En phase/Hors phase; Jeux; Retour de la forêt; Métamorphoses; Lointain/proche.

Dedans-dehors élargit le champ des métamorphoses précédemment éprouvé dans le mouvement de De Natura sonorum intitulé Matières induites où les sons naturels (sons de la nature) se trouvaient confrontés aux sons artificiels (sons de synthèse)

Ces métamorphoses reflètent des changements: passages fluide-solide; des mouvements: flux-reflux, inspiration-expiration; et entraînent avec elles la notion de «dedans-dehors» (dialectique bachelardienne) dont l’expression se manifeste à travers quelques sons-symboles: en phase/hors phase; respiration; la porte: lieu de transition; la vague: énergie interne-externe; le crescendo sonore: le loin, le proche, l’approche…

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Création

  • 28 février 1977, Concert, Palais des arts, Paris (France)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.