Music from Computer (Vinyle LP) Détail des œuvres

Sud

Jean-Claude Risset

  • Année de composition: 1985
  • Durée: 23:43
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Ministère de la Culture (France), Ina-GRM

La pièce utilise principalement des sons enregistrés dans le massif des Calanques à Marseille (France). Ces sons ont été traités par ordinateur au Studio 123 (informatique musicale) du GRM. Je remercie Bénédict Mailliard et Yann Geslin qui m’ont initié à cette puissante batterie de programmes. Je remercie également Daniel Teruggi pour son introduction au Studio 116 où la pièce a été mixée.

Les éléments de mixage comportent aussi diverses séquences synthétisées par ordinateur avec le programme MUSIC V à Marseille (Faculté des Sciences de Luminy et Laboratoire de mécanique et d’acoustique du CNRS).

Au début, et par instants, la pièce se présente comme une «phonographie», suivant le terme de François-Bernard Mâche — elle fait allusion ici et là à Luc Ferrari, Knud Victor, à Michel Redolfi, musicien de la mer, à Georges Boeuf et ses abysses, aux oiseaux chanteurs de François Bayle. Si je suis parti d’un petit nombre de séquences sonores — enregistrements de mer, d’insectes, d’oiseaux, de carillons de bois et de métal, de «gestes» brefs joués au piano ou synthétisés à l’ordinateur — je les ai multipliées en leur appliquant diverses opérations: moduler, filtrer, colorer, réverbérer, spatialiser, mixer, hybrider. Cézanne voulait «unir des courbes de femmes à des épaules de collines»: de même la synthèse croisée permet de travailler «dans l’os même de la nature» (Michaux), de produire des hybrides, des chimères — d’oiseaux et de métal, de mer et de bois… J’y ai eu recours surtout pour transposer des profils, des flux d’énergie. Ainsi la pulsation d’enregistrements de mer est par endroits appliquée à d’autres sons — alors qu’à d’autres moments les vagues ou déferlements sonores n’ont aucune parenté avec la mer.

Une échelle de hauteur (solsimifa dièse — sol dièse) exposée d’abord par des sons synthétiques, va colorer divers sons d’origine naturelle: elle devient dans la dernière partie une véritable grille harmonique qu’oiseaux ou vagues font résonner, à la façon d’une harpe éolienne. Les multiples sons engendrés peuvent être repérés sur un schéma ressemblant à un arbre généalogique; leur agencement met en jeu plusieurs niveaux de rythme, et, peut-on dire, une logique de flux.


Sud est une commande du Ministère de la Culture (France), à l’initiative du Groupe de recherches musicales de l’Ina (Ina-GRM) où la pièce a été réalisée.

Mutations

Jean-Claude Risset

  • Année de composition: 1969
  • Durée: 10:25
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Ina-GRM

Commandée par le Groupe de recherches musicales (GRM), Mutations (présentée en version stéréophonique) a été entièrement synthétisée par ordinateur aux Bell Laboratories. Cette pièce tente d’exploiter, notamment dans l’ordre harmonique, quelques-unes des possibilités qu’offre l’ordinateur de composer au niveau-même du son — pour ainsi dire de composer le son lui-même. Ainsi, tout au début, un même motif apparaît d’abord sous forme mélodique, puis harmonique — comme un accord, enfin sous forme de timbre, comme un simulacre de gong qui est comme l’ombre de l’accord précédent — l’harmonie est prolongée dans le timbre. Le titre fait allusion aux transformations graduelles qui s’opèrent au cours du morceau, et notamment au passage d’une échelle de hauteurs discontinues à des variations de fréquence continues. Ce passage se fait par l’intermédiaire de développements en mutations — au sens des jeux de mutations (ou de mixtures) de l’orgue: l’ajout graduel d’harmoniques de plus en plus élevés donne lieu à un réseau d’intervalles de plus en plus resserrés. Les sons continus glissent vers l’aigu suivant une montée «en spirale» qui peut se poursuivre indéfiniment — un paradoxe ou une illusion acoustique. Après un pont faisant appel — pour la première fois dans une œuvre musicale — à la technique de modulation de fréquence de John Chowning, une récapitulation fait entendre ensemble échelles de hauteur continues et discontinues, jusqu’à un point final qui libère les composantes aiguës et graves des structures harmoniques initiales. Le film abstrait Mutations a été réalisé à partir de la musique par l’artiste américaine Lillian Schwartz. Mutations, primée à l’International Electronic Music Competition, Dartmouth 1970, est enregistrée sur le disque compact monographique INA C1003.

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Computer Suite from Little Boy

Jean-Claude Risset

  • Année de composition: 1968
  • Durée: 12:41
  • Instrumentation: support stéréo

Vol et compte à rebours, Chute, Contre-apothéose

Cette pièce (présentée en version stéréophonique), réalisée en 1968 aux Laboratoires Bell, est une des premières œuvres substantielles produites entièrement par ordinateur: tous les sons de la pièce ont été synthétisés à l’aide du programme MUSIC V. La pièce exploite diverses expériences sur la synthèse des sons que j’ai réalisées entre 1964 et 1968, travaillant avec Max Mathews aux Bell Laboratories.

Dans la Suite pour ordinateur Little Boy, plusieurs instruments de musique sont simulés par ordinateur, exploitant les résultats d’expériences imitatives, notamment mon étude sur les sons cuivrés. Mais l’ordinateur a servi aussi à façonner des sons différents des sons instrumentaux. J’ai introduit dans cette pièce deux concepts importants. Tout d’abord, la structuration (in)harmonique du timbre. La synthèse permet de composer les spectres, à l’instar des accords, et de leur conférer un rôle fonctionnel et pas seulement coloriste. Une harmonie peut se prolonger dans des timbres synthétiques, et elle peut former le noyau de textures mélodiques, à travers les «analyses spectrales d’un accord» qui ouvrent la pièce. En second lieu, les sons paradoxaux, allant au delà de la gamme chromatique indéfinie de Shepard: sons descendant indéfiniment, ou montant la gamme mais finissant plus bas que le point de départ. La synthèse permet de faire surgir des illusions en construisant des structures sonores spécialement conçues pour faire jouer certains mécanismes perceptifs.

La Suite fait partie d’une musique composée pour la pièce Little Boy de Pierre Halet (Éditions du Seuil, Paris 1968), musique qui comporte aussi des sections vocales et instrumentales. Le thème de la pièce est le bombardement d’Hiroshima, revécu à travers les fantasmes du pilote Eatherly. Dans la pièce, certains aspects sont très réalistes, mais d’autres indices de la mise en scène ou de la musique indiquent que l’action n’est que rêvée. Ainsi avions ou sirènes sont évoqués par la musique, mais leur simulation par synthèse sonore leur confère un caractère irréel et permet de les relier harmoniquement avec les structures musicales présentées dans les sections instrumentales et vocales.

Dans la Suite, l’action est condensée en trois volets. Au cours du premier, Vol et compte à rebours, le rêve du vol vers Hiroshima s’accompagne de textures mouvantes, que transpercent deux épisodes fugitifs (jazz, gong) puis le compte à rebours du lâcher de la bombe, scandé avec la rigueur d’un métronome. Dans le second volet, Chute, le son parcourt parmi diverses fusées les grands cercles d’une descente indéfinie: en effet le pilote s’identifie à la bombe, dont le nom de code est Little Boy, et la chute est imaginaire, dans un espace psychique sans fond. Dans le troisième volet, Contre-apothéose, des éléments antérieurs réapparaissent pour se désintégrer: le jazz-band devient rafale de mitrailleuse, la flûte et le gong se mutent en sirènes qui s’accumulent en tournoyant, puis s’effilochent en souvenir. La pièce figure sur le disque compact monographique Wergo 2013-50.

[source: Réseaux des arts médiatiques]