electrocd

Détail des pistes

Sinfonias

Flô Menezes

  • Année de composition: 1997-98
  • Durée: 13:33
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

Sinfonias (= Symphonies) pour sons électroacoustiques est conçue pour huit haut-parleurs placés autour du public. Son matériau sonore est exclusivement formé d’agglomérats symphoniques du 20e siècle, qui ne dépassent pas la durée de 2 ou 3 secondes. Sinfonias rend hommage aux 70 ans de Karlheinz Stockhausen. Bien qu’indirectement, elle fait référence à son œuvre sous différents aspects. Plus précisément, plusieurs exemples pourraient être mis en lumière: 1) dans son discours musical, la pièce tente d’intégrer des sons très courts à d’autres très longs — une préoccupation qui est devenue une constante dans le travail de Stockhausen depuis Kontrapunkte; 2) la version originale de Sinfonia est conçue pour huit canaux comme Oktophonie; 3) sa forme est organisée en deux blocs de 8 et 5 minutes environ, dont la proportion-temps est reliée aux séries de Fibonacci (qui a été utilisée de plusieurs façons dans les œuvres de Stockhausen); 4) l’interminable silence entre les deux blocs peut être relié au silence dramatique au cours de Trans; 5) les formants vocaliques qui apparaissent après un tel silence, évocateurs du chant formantique et de l’atmosphère de Stimmung (cependant, dans Sinfonias, ils proviennent des procédures de transformation successives d’un extrait orchestral tiré du premier mouvement de la Neuvième Symphonie de Malher!); 6) la durée totale de Sinfonias est reliée à la durée globale de Gesang der Jünglinge; 7) sa fin fait clairement référence à la polarisation des hautes fréquences à la fin de Kontakte; etc.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Harmonia das Esferas

Flô Menezes

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 34:26
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

Toute la pièce, structurée d’après les séries de Fibonacci (dans laquelle chaque nombre est la somme des deux nombres précédents: 0 1 1 2 3 5 8 13 21 34 55 89 144 233, etc.), est basée sur l’intéressant phénomène des pulsars — des étoiles de neutrons en rotation dont émane une radiation qui est captée périodiquement comme signal ici sur terre. Une grande partie du matériel sonore de la pièce musicale provient de petites ‘sphères’. On y trouve aussi quelques sons de synthèse importants, des sons provenant du piano et de rares sons de vent. L’œuvre est organisée en 21 sections qui commencent par une explosion et se terminent par une fréquence de piano seul traitée avec une modulation en anneaux (évocateur du soliste de Pulsars), soulignant la fin de chaque cycle. Les sections sont précédées d’une brève introduction de 21 secondes, dans laquelle on peut entendre la naissance des sphères (les plus intactes ou les moins transformées de tout le travail). Comme s’il y avait une exposition du thème suivie par 21 variations et un coda (durant 55 secondes). Les 21 sections agissent comme des explosions (‘small-bangs’) qui créent des processus en développement et légèrement dilatables. À l’exception du premier, tous les sons de la pièce tournent, pivotant sur deux axes quadriphoniques entrelacés dans un plan octogonal. Harmonia das Esferas est, jusqu’à maintenant, la pièce purement électroacoustique de la plus grande envergure en temps de ma carrière. Sa première a eu lieu le 29 octobre 2000 au III BIMESP (Biennale internationale de musique électroacoustique de São Paulo) avec la participation de six ballerines, la chorégraphie et les solos de Gícia Amorim, qui a répandu la technique de Merce Cunningham au Brésil. Après la première mondiale, une légère révision a été faite le 1er novembre 2000.

[source: Réseaux des arts médiatiques]