The Threshold of Deafening Silence (CD) Détail des œuvres

Below the Walls of Jericho

Paul Dolden

  • Année de composition: 1988-89
  • Durée: 14:33
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0717540276

Stéréo

Ce titre ne représente qu’une libre référence à la chute de Jéricho relatée dans la Bible (Josué 6: 1-22). Ce qui m’intéresse dans cette histoire, c’est l’idée qu’une masse de gens ait pu faire crouler les remparts d’une ville en utilisant seulement le son. Cette histoire appui l’idée que la musique puisse être un catalyseur de changement social. Au-delà du pur impact physique que peut contenir un grand nombre de sons, la musique est une forme de langage qui est capable de stimuler de la pensée. Le pouvoir de la musique réside dans la séduction physique et intellectuelle simultanée de l’auditeur.

Dans cette œuvre, 400 pistes sonores sont souvent assemblées pour créer un sentiment de large masse. 333 pistes sont créées en divisant chacune des sept octaves en 48 notes. Cuivres, cordes et bois, tant de la tradition musicale occidentale que d’autres cultures, sont combinés pour créer ces textures. Le reste des pistes est fait d’instruments de percussion sans hauteurs de sons déterminées. Cette démarche permet à chaque piste d’avoir sa propre identité en terme de fréquence et de tempo. La relation entre chaque couche individuelle et l’effet de masse peut agir comme une métaphore des rapports entre l’individu et la société. Au-delà de la musique, la métaphore soulève des questions concernant l’essence des murs que nous devons abattre pour permettre à notre culture d’aller de l’avant.

Musiciens enregistrés
Isaac Bull: basson et contrebasson
Paul Steenhuisen: saxophones soprano, alto, basse
Ian Crutchley: saxophone ténor
Lorne Buick: clarinette basse
Johanna Hauser: clarinette
Michelle Cheramy: piccolo, flûte basse
Clemens Rettich: flûte en do, flûtes à bec soprano, ténor, alto et basse
Glee Devereaux: hautbois, cor anglais
Mark Tynan: trombone
Jamie Croil: trompette
Paul Fester: tuba
Gwyneth MacKenzie: cor français
Gary Sterle: cor français
Marc Crompton: timbales, tom-toms, cymbales, glockenspiel, blocs de bois
Trevor Tureski: tom-toms, cymbales, vibraphone, marimba, hongos, congas, tablas, gongageng, kempeul, slenthem, sanon, caisse claire, caisse claire ténor
Paul Dolden: guitares acoustique et électrique, contrebasse, violoncelle, alto, violon, dulcimers, sitar, banjo, mandoline, piano

Voix
Diana Ganske: soprano
Janis Clark: contralto
Nick Curalli: ténor
David Pay: baryton

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes, i-03]


Below the Walls of Jericho a été réalisée en 1988-89 au studio du compositeur et a été créée le 12 novembre 1989 durant les Journées électroacoustiques >convergence< de la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC) au Margaret Greenham Theatre du Banff Centre for the Arts (Alberta, Canada) — alors que le mur de Berlin s’effondrait. La version de cette pièce pour percussions et bande, Luminous Hysteresis, est une commande du percusionniste Trevor Tureski avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). Below the Walls of Jericho s’est méritée le 1er prix de la catégorie musique électroacoustique du Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1990).

Composition

Création

  • 12 novembre 1989, >convergence<: Concert 5, Margaret Greenham Theatre — The Banff Centre for the Arts, Banff (Alberta, Canada)

Distinctions

Caught in an Octagon of Unaccustomed Light

Paul Dolden

  • Année de composition: 1987-88
  • Durée: 15:56
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: CKLN FM (David Olds) avec l’aide du Conseil des arts de l’Ontario
  • ISWC: T0717540254

Stéréo

Cette composition poursuit le développement du langage musical du compositeur fondé sur la couleur de sons acoustiques inhabituels ou inaccoutumés. Ici, l’utilisation prédominante de timbres non harmoniques (métalliques, multiphoniques, et accordages non fondé sur l’octave) crée un langage que la plus grande part de notre tradition musicale a ignoré. Une série de cinq sections, chacune d’elle fondée sur des sources sonores spécifiques, saississent l’auditeur par leurs interactions. La continuité est assurée par la réutilisation de mêmes gestes, couleurs et systèmes d’accordage. L’intégrité structurelle d’ensemble est atteinte par l’organisation «palindromique» des sections. Par exemple, la première et cinquième sections utilise le même univers sonore, comme la seconde et quatrième sections appartiennent à un autre univers sonore commun. La troisième section, celle du centre, contient quant à elle des aspects des deux univers qui l’entourent.

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes, i-03]


Caught in an Octagon of Unaccustomed Light [Pris dans un octogone de lumière inaccoutumée] a été réalisée en 1987-88 au studio du compositeur et a été créée le 9 mai 1988 sur les ondes de CKLN FM à Toronto. La création en concert a eu lieu le 15 mai 1989 au Bathurst Street Theatre à Toronto lors d’un concert produit par le compositeur grâce au Concours de composition Micheline-Coulombe Saint-Marcoux de la CAPAC qui payait les coûts d’un concert dans une ville au choix du compositeur. La pièce est une commande de David Olds (pour l’émission de radio Transfigured Night à l’antenne de CKLN FM à Toronto) avec l’aide du Conseil des arts de l’Ontario. Caught in an Octagon of Unaccustomed Light s’est méritée le Prix au Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1988).

Composition

Création

  • 9 mai 1988, Concert, Toronto (Ontario, Canada)

Distinctions

In the Natural Doorway I Crouch

Paul Dolden

  • Année de composition: 1986-87
  • Durée: 14:56
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: GMEB
  • ISWC: T0717540232

Stéréo

In the Natural Doorway I Crouch (Dans un passage naturel, je m’accroupis) s’inspire de l’interaction de deux univers sonores distincts: cordes de métal pincées et instruments à vents. Elle est divisée en trois sections de 3, 5 et 7 minutes qui explorent la relation entre les deux univers sonores suivant leurs constants changements. Ce mouvement en sons est évoqué par le titre qui suggère les transformations d’un état à un autre, l’embrasure symbolisant le passage entre les univers sonores. Dans la plupart des cas, l’accroupissement n’est que momentané, car nous sautons d’un monde à l’autre. L’œuvre implique un système d’intonations justes développé par le compositeur lui-même, dans lequel les harmoniques des fondamentales changent systématiquement de registre les unes par rapport aux autres.

Musiciens enregistrés:
Clemens Rettich: flûtes à bec
Ken Newby: hautbois, basson, saxophone soprano
Paul Dolden: guitatre acoustique, contrebasse, piano, percussion, cloches tubulaires, vibraphone, slenthem, saron, marimba

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes, i-03]


In the Natural Doorway I Crouch a été réalisée en 1986-87 au studio du compositeur et au Sonic Research Studio de la Simon Fraser University (SFU) (Vancouver, CB). La recherche a été complétée dans les studios du Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB — maintenant IMEB, France) et au EMS (Stockholm, Suède). L’œuvre a été créée le 31 janvier 1988 dans le cadre du festival En Torno a los Sonidos Electrónicos (Mexico, Mexique). Il s’agit d’une commande du GMEB. Une commande ultérieure de la Vancouver New Music Society a résulté en Measured Opalescence [Opalescence mesurée], une version mixte (pour piano, percussions et bande) de cette œuvre. In the Natural Doorway I Crouch s’est méritée le 1er prix de la catégorie musique électroacoustique du Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1988).

Préparation

Composition

Création

  • 31 janvier 1988, En Torno a los Sonidos Electrónicos, Museo Tamayo, Mexico (Mexique)

Distinctions

The Melting Voice Through Mazes Running

Paul Dolden

  • Année de composition: 1984
  • Durée: 20:59
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

Ce texte n’est pas disponible en français.

The composition derives its overall direction from the title, which possible evokes visions of travelling through a maze, a maze which has had different meaning throughout time; the most famous being the Greek myth of Daedalus’ Labrynth. Another example is the outdoor mazes in England which were used by Church patrons to walk around on their knees as a symbolic journey. In both cases, the maze acts as a social ritual in which elements of danger and suspense are experienced. The possibility of freedom is only through escaping the maze.

The title also refers to the dynamic relationship that exists between the electronic and acoustic sound sources. Whereas the computer tracks tend to act as a constant maze of rhythm, the acoustic sounds exhibit a more sustained and often voice-like quality.

The overall development of the composition is based on the escalation of intensity, and is reflected in the pacing of the music; for example, the increasing density of material — the latter part of the work uses on average 330 notes per second — and the change in sound from harmonic to inharmonic.


The composidon was done using the facilities at Simon Fraser University including the POD computer music system and the Sonic Research Studio. All computer sounds and electronic manipulation realized by Paul Dolden.

Distinctions