Blog

Critiques

L’attention, no. 3:5, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

Deuxième de la série de quatre productions électroacoustiques de DIFFUSION i MéDIA, Lieux inouïs est une véritable découverte.

Lancé au Planétarium Dow, il fut accompagné d’un spectacle visuel très sobre, un peu répétitif. Heureux mélange; l’acousmatique semble conçue pour ce genre de spectacle. Malgré cela, j’ai préféré la deuxième écoute, chez-moi, les yeux fermés. Comme le dit si bien Normandeau lui-même: «(…) elles m’aident à vivre en ce qu’elles me font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant moi comme des lieux de recueillement et de méditation.»

Un petit album rempli de grandes découvertes; aboutissement de dix années de pratique assidue.

Jeu a obtenu une Mention honorable au 11ème Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie,1989).

Rumeurs (Place de Ransbeck) a obtenu le 2ième prix de la catégorie électroacoustique au 16ième concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1988).

Matrechka a obtenu le prix de la Fédération nationale de musique électroacoustique (France) et une mention dans la catégorie éleclroacoustique au 14ième Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1986) ainsi que le prix du studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) au 1er Concours international Phonurgia-Nova (Arles, France,1986). Un album à se procurer.

Critique

Jacques Lonchampt, Le Monde, December 1, 1989
Friday, December 1, 1989 Press

[…] Lune noire, à la fois raffinée dans ses matériaux et d’un art très puissant dans le développement […]

Critique

Carol Bergeron, Le Devoir, October 1, 1988
Saturday, October 1, 1988 Press

… une claveciniste à découvrir, d’autant qu’elle a le courage de s’attaquer à un répertoire exclusivement contemporain, Vivienne Spiteri laisse un excellent souvenir de son premier disque.

… une claveciniste à découvrir…

Review

Robert Everett-Green, The Globe and Mail, June 9, 1988
Thursday, June 9, 1988 Press

Several decades after its revival as a concert instrument, the harpsichord is well into its second renaissance. This new album by the Canadian harpsichordist Vivienne Spiteri features six works written for the instrument since the mid-seventies.

Included are pieces by Louis Andriessen and Bengt Hambraeus and by lesser-known Dutch and Canadian composers. Spiteri has been touring with this repertoire for some time, and her recorded efforts have a mature, authoritative sound.

Several of the pieces display curiosity about the harpsichord’s distinctive sonority, and a few make feints in the direction of its brave baroque past. HambraeusCapriccio I, for example, is sprinkled with souvenirs of eighteenth- and nineteenth-century idioms, the easy co-existence of which suggests a notion of the tradition that is like a view through several translucent panes of glass.

Hope Lee’s Melboac rigorously parses the permutations of her virile sonograms, while Andriessen’s Overture to Orpheus sets up a languid canon of voices so close as to seem each other’s shadow. Tim Brady’s Reaching Past and Micheline Coulombe Saint-Marcoux’s Miroirs use electronics to play with some of the harpsichord’s steelier sonorities, while Ton de Leeuw’s acoustic, Mo-Do has a contemplative Oriental cast.

In all, this is a fine release from Société nouvelle d’enregistrement, and a brilliant debut album for Spiteri.

… a brilliant debut album for Spiteri.

The 1987 International Computer Music Conference: A Review

JoAnn Kuchera-Morin, Robert Morris, Perspectives of New Music, no. 26:1, January 1, 1988
Friday, January 1, 1988 Press

[…] Deschênes is a well known French-Canadian performance artist working in the dance / mixed media tradition of Alvin Nicolais. And like Nicolais, she has a brilliant mind for effect. […] Judging from the adulations of the audience, the experience must have evoked some of the same fever as the 1951 production in Paris of The Veil of Orpheus with musique concrète by Pierre Henry. […]

… she has a brilliant mind for effect.

Cinéscience - La science à l’écran

Gérald Baril, Québec Science, June 1, 1986
Sunday, June 1, 1986 Press

[…] Admirable synthèse que ce spectacle, à la fois hautement technologique et généreux à vous couper le souffle… L’écran s’avance lentement, remplissant la salle d’émoi… La musique est également au premier plan, imposant le rythme. Non pas roulement de tambour, mais crépitement de brasier ponctué d’explosions, de crises. Dans l’assistance, devant ce monde qui se fait et se défait, les yeux s’écarquillent. Un sourire hébété reste figé sur les lèvres du spectateur quand, après 30 vertigineuses minutes, son rêve éveillé prend fin… Le plaisir de Lux naît de la rigueur… Lux pousse la technique multimédia plus loin que tout ce qu’on avait vu dans le genre jusqu’à maintenant… La grande cohérence, la puissance évocatrice de Lux ne peuvent être issues que d’une démarche artistique dont les manifestations n’ont pas fini de nous étonner. […]

… à la fois hautement technologique et généreux à vous couper le souffle…