Blogue

Le Festival international de musique actuelle de Victoriaville, toujours aussi fort à 35 ans

Philippe Renaud, Le Devoir, 13 mai 2019
lundi 13 mai 2019 Presse

Pour sa 35e édition, débutant jeudi, le Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) réinvite ses vieux amis, parmi lesquels Peter Brötzmann et Keiji Haino, et accueille la relève, comme le trio du jeune guitariste français Julien Desprez. Discussion sur la pérennité de la scène musicale défendue par le FIMAV avec deux générations de musiciens «actuels» d’ici, la défricheuse Joane Hétu et le duo Political Ritual.

Joane Hétu et le FIMAV ont grandi main dans la main, pourrait-on dire. «Je le fréquente depuis sa deuxième édition», note la compositrice, interprète et chef d’orchestre qui a fondé, avec son amie Danielle Palardy Roger, la plus importante structure québécoise consacrée à la musique actuelle, Productions SuperMémé (rebaptisée SuperMusique en 1991), il y a quarante ans — cinq ans plus tard, en 1984, la boîte se dotait d’une étiquette de disques, Ambiances Magnétiques, qui a depuis édité plus de 250 œuvres enregistrées.

«On ne savait pas trop ce qu’on faisait à cette époque, au début des années 1980, raconte Joane Hétu. Cette musique n’avait pas de nom, on pensait qu’on était les seuls au monde à en faire, puis est arrivé le Festival international de musique actuelle de Victoriaville». Le FIMAV, suggère Réjean Beaucage dans son récent livre Musique actuelle — Topographie d’un genre (éditions Varia), a contribué à définir les contours de cette insaisissable musique, dont les «ingrédients fondamentaux» sont «l’improvisation, le jazz et le rock d’avant-garde».

Ingrédients auxquels nous pourrions désormais ajouter les musiques électroniques, à en juger par l’invitation faite par le FIMAV au duo Political Ritual. «Les musiciens de ma génération arrivent [au festival] avec une énergie différente, des influences différentes, une approche aussi différente [face à] la musique improvisée», estime Félix-Antoine Morin, qui forme Political Ritual avec Maxime Corbeil-Perron et qui dirige en parallèle l’éclectique et exploratrice étiquette de disques Kohlenstoff. «L’influence des musiques électroniques est imprégnée et s’entend même si on joue du violon, disons. Ce background électronique avec lequel on a grandi influence notre manière d’improviser.»

«Oui, cette musique a changé» depuis la fondation du FIMAV, abonde Joane Hétu qui proposera dimanche une nouvelle création, Lucioles (coécrite par Jean Derome et Danielle Palardy Roger), interprétée par la «chorale bruitiste» Joker, qu’elle a fondée il y a sept ans en s’inspirant de la démarche de la compositrice torontoise Christine Ducan et de sa Element Choir.

«D’une manière, les étiquettes musicales sont de moins en moins distinctes [aujourd’hui dans la musique actuelle]. Par exemple, de la musique actuelle, il y en a dans la musique contemporaine, il y en a à MUTEK, et à l’inverse, il y a de l’électro dans la musique actuelle. Les genres musicaux se sont davantage mélangés, et tout le monde s’influence mutuellement. Après, il y a des spécificités propres à la musique actuelle: par exemple, je crois qu’il y a la plus grande variété de lutheries, instruments acoustiques, électriques, électroniques. Aussi, cette propension à mettre sur un même niveau le compositeur, le chef d’orchestre et l’interprète.»

Et, encore, l’improvisation. Chez Political Ritual, qui a lancé un album de drone électronique bruyant mais tonal en janvier 2018 et dont le matériel sera revisité jeudi soir, tout commence dans le chaos: «Lorsqu’on commence nos pratiques, chacun de son côté se met à émettre des sons — lui travaille la rythmique, la lutherie électronique, donc des sons plus électroniques, alors que moi je travaille surtout avec des instruments acoustiques dans une approche non traditionnelle. C’est le chaos, le bordel, du bruit, puis tranquillement, y a comme une forme qui se crée là-dedans. On essaie de s’accrocher à elle, puis ça devient quelque chose à partir de quoi on peut continuer à improviser. En résumé, on crée un chaos qu’on tente d’organiser — ou l’inverse, on part de quelque chose d’organisé pour le déconstruire, ce qui est somme toute assez classique comme approche…»

Le tout servi à la puissance maximale: «On aime jouer très fort, on aime ressentir les vibrations dans le corps et les communiquer. Au FIMAV, ils ont la réputation de ne pas décevoir, côté volume, grâce à de bons sonorisateurs et de bons systèmes de son…» Et ce, depuis 35 éditions!

L’influence des musiques électroniques est imprégnée et s’entend même si on joue du violon, disons. Ce background électronique avec lequel on a grandi influence notre manière d’improviser.

Crítica

RNE3: Atmósfera, 8 septembre 2013
lundi 6 mai 2019 Presse

El título del nuevo disco de Martin Bédard habla por sí mismo: Topographies. Se trata de una música llena de tranquilidad pero al mismo tiempo muy dinámica.

En el disco no encontraremos ni un segundo de inactividad, todo él desprende una energía pocas veces vista que atrae a quien lo escucha a espacios densos y opacos que cortan la respiración y que dejan una sensación de vacío cuando deja de escuchar el disco.

Topographies propone cinco obras electroacústicas compuestas entre 2004 y 2012 con el típico sonido compacto de Bédard.

… todo él desprende una energía pocas veces vista que atrae a quien lo escucha a espacios densos y opacos que cortan la respiración y que dejan una sensación de vacío cuando deja de escuchar el disco.

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 6 mai 2019
lundi 6 mai 2019 Presse

Compositrice anglaise, Annie Mahtani aime capturer l’essence des bruits qui nous entourent, rendant audible ce qui est parfois imperceptible.

Racines regroupe 5 pièces composées entre 2008 et 2019, révélant la constance développée par l’artiste au fil des années. Annie Mahtani se révèle être une sculpteuse d’atmosphères enveloppantes, où les field recordings jouent à se superposer tout en gardant une certaine distance et développant un certain minimalisme.

La nature prend des allures diverses, à l’image de notre monde, mais débarrassée de la pollution bruyante qui souvent brouille notre audition. Ici on reste concentré sur chaque élément, sur chaque parcelle sonore qui nous est livrée, donnant une impression de froideur presque clinique, de par leur pureté et leur définition.

On pourrait presque plus parler de sound design à propos du travail d’Annie Mahtani, tant les sons qu’elle élabore sont dessinés et plein de détails, nous renvoyant aux profondeurs des rêves enfouis qui traversent nos nuits. Un travail d’orfèvre qui donne le tournis. Somptueux.

Un travail d’orfèvre qui donne le tournis. Somptueux.

Crítica

RNE3: Atmósfera, 15 juillet 2012
lundi 6 mai 2019 Presse

Hace algunos programas os presentamos el nuevo trabajo de Elaine Lillios.

En aquella ocasión escuchamos uno de los temas de su Entre espaces inserto en un miniespacio que dedicamos a la palabra, a la voz como instrumento.

Pues bien, este trabajo que es una recopilación de sus obras compuestas entre 1998 y el 2007 nos ha gustado especialmente y hemos querido mostraros otro corte más, muy diferente a aquel que escuchamos en su día. Sí que, aquí tenéis el corte que abre el disco Entre espaces de Elaine Lillios.

Pues bien, este trabajo que es una recopilación de sus obras compuestas entre 1998 y el 2007 nos ha gustado especialmente…

Crítica

RNE3: Atmósfera, 14 mai 2017
lundi 6 mai 2019 Presse

James O’Callaghan es un compositor y artista sonoro residente en Montréal, miembro fundador y codirector del Laboratorio de Música Contemporánea de Montréal, y un compositor asociado a la Canadian Music Center. O’Callaghan es alabado por su dominio de los materiales y la forma musical y su refinadísimo sentido del color. La música de O’Callaghan intersecta los medios acústicos y electroacústicos, empleando grabaciones de campo, objetos encontrados amplificados o transcripción de sonidos ambientales asistida por ordenador.

Recientemente, el Groupe de Recherches Musicales le encargó producir una coproducción con Le Vivier, como parte de una residencia en los estudios del GRM en París y estrenado en 2015.

En 2014, su obra Isomorphia para orquesta y electrónica ganó el premio John Weinzweig de la Fundación SOCAN y fue nominada para un Premio JUNO a LA Composición Clásica del año.

Escuchamos esta noche el tema Isomorphic incluido en su último trabajo, Espaces tautologiques

O’Callaghan es alabado por su dominio de los materiales y la forma musical y su refinadísimo sentido del color.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.