Blogue

Review

Emily Pothast, The Wire, no 425, 1 juillet 2019
mardi 4 juin 2019 Presse

A dreamscape documentary emerges from this assemblage of human voices, recordings of wildlife and geophysical events, instrumental ornamentation and studio enhancements.

Review

Richard Allen, A Closer Listen, 29 mai 2019
mercredi 29 mai 2019 Presse

Electro-acoustic music is an acquired taste, falling under the same banner as musique concrète and the lesser-used acousmatics. For 20 years, Montréal’s empreintes DIGITALis has been releasing a steady stream of this intricate, fascinating music, bringing award-winning compositions to the attention of larger audiences. But when we write larger, we still don’t mean large. There’s little of the mainstream in this brand of music, not even the hint of a hit.

So who exactly listens to this electro-acoustic music? (Reviewer raises hand.). Okay, who else? The answer is simple: those who enjoy textures as much as melodies. Consider for example Ondiésop, the opening track on Sophie Delafontaine’s Accord ouvert. The sources include a reverberant bell, modified voice, seagulls, waves, and snatches of French song. The Swiss composer “likes to recover, recycle and renew her sonic materials.” Call her a collector of sound. Delafontaine is also a dancer, and her music relates well to contemporary choreography, inundated with impression and allusion. But while Ondiésop prefers sound to instrument, Respire marche pars va-t-en introduces a thrill of strings followed by a narrow electronic mirror of military drums. At 4:50 (approximately midway) a surging chord is toppled with dissonance, and then dialogue. An ice cream truck passes quickly before the rain begins to fall. Yet even the rain is subject to the artist’s manipulation; she uses it as instrument, unleashing it only for moments at a time like a benevolent goddess taking the clouds for a walk.

In order to appreciate electro-acoustics, one must lay aside all preconceptions. These albums unfold like books whose jackets lack descriptions. One turns the next page, unaware of what one will encounter. But it’s not just the thrill of discovery; when Delafontaine begins to wind children’s toys on Ressort spiral, she exposes the fun side of acousmatics. A clock ticks, doubles, stops, and finally, at 6:33, rings. It’s time to get up! No, wait ~ she is up. Where others hear only the sounds of everyday life, blending into the blasé, she hears symphonies. In Creux-du-Van, she enters the soft night, repurposing the cries of crickets and even taming the wind. The sixth minute sounds like the spring thaw, fragments of ice jostling each other, growing more agitated as they melt. An in the end, all dissolves into lonely whistles of air. These recycled sounds have indeed been made new; when the album ends and we reenter our own acoustic environments, we do so with new ears.

These recycled sounds have indeed been made new; when the album ends and we reenter our own acoustic environments, we do so with new ears.

Le Festival international de musique actuelle de Victoriaville, toujours aussi fort à 35 ans

Philippe Renaud, Le Devoir, 13 mai 2019
lundi 13 mai 2019 Presse

Pour sa 35e édition, débutant jeudi, le Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) réinvite ses vieux amis, parmi lesquels Peter Brötzmann et Keiji Haino, et accueille la relève, comme le trio du jeune guitariste français Julien Desprez. Discussion sur la pérennité de la scène musicale défendue par le FIMAV avec deux générations de musiciens «actuels» d’ici, la défricheuse Joane Hétu et le duo Political Ritual.

Joane Hétu et le FIMAV ont grandi main dans la main, pourrait-on dire. «Je le fréquente depuis sa deuxième édition», note la compositrice, interprète et chef d’orchestre qui a fondé, avec son amie Danielle Palardy Roger, la plus importante structure québécoise consacrée à la musique actuelle, Productions SuperMémé (rebaptisée SuperMusique en 1991), il y a quarante ans — cinq ans plus tard, en 1984, la boîte se dotait d’une étiquette de disques, Ambiances Magnétiques, qui a depuis édité plus de 250 œuvres enregistrées.

«On ne savait pas trop ce qu’on faisait à cette époque, au début des années 1980, raconte Joane Hétu. Cette musique n’avait pas de nom, on pensait qu’on était les seuls au monde à en faire, puis est arrivé le Festival international de musique actuelle de Victoriaville». Le FIMAV, suggère Réjean Beaucage dans son récent livre Musique actuelle — Topographie d’un genre (éditions Varia), a contribué à définir les contours de cette insaisissable musique, dont les «ingrédients fondamentaux» sont «l’improvisation, le jazz et le rock d’avant-garde».

Ingrédients auxquels nous pourrions désormais ajouter les musiques électroniques, à en juger par l’invitation faite par le FIMAV au duo Political Ritual. «Les musiciens de ma génération arrivent [au festival] avec une énergie différente, des influences différentes, une approche aussi différente [face à] la musique improvisée», estime Félix-Antoine Morin, qui forme Political Ritual avec Maxime Corbeil-Perron et qui dirige en parallèle l’éclectique et exploratrice étiquette de disques Kohlenstoff. «L’influence des musiques électroniques est imprégnée et s’entend même si on joue du violon, disons. Ce background électronique avec lequel on a grandi influence notre manière d’improviser.»

«Oui, cette musique a changé» depuis la fondation du FIMAV, abonde Joane Hétu qui proposera dimanche une nouvelle création, Lucioles (coécrite par Jean Derome et Danielle Palardy Roger), interprétée par la «chorale bruitiste» Joker, qu’elle a fondée il y a sept ans en s’inspirant de la démarche de la compositrice torontoise Christine Ducan et de sa Element Choir.

«D’une manière, les étiquettes musicales sont de moins en moins distinctes [aujourd’hui dans la musique actuelle]. Par exemple, de la musique actuelle, il y en a dans la musique contemporaine, il y en a à MUTEK, et à l’inverse, il y a de l’électro dans la musique actuelle. Les genres musicaux se sont davantage mélangés, et tout le monde s’influence mutuellement. Après, il y a des spécificités propres à la musique actuelle: par exemple, je crois qu’il y a la plus grande variété de lutheries, instruments acoustiques, électriques, électroniques. Aussi, cette propension à mettre sur un même niveau le compositeur, le chef d’orchestre et l’interprète.»

Et, encore, l’improvisation. Chez Political Ritual, qui a lancé un album de drone électronique bruyant mais tonal en janvier 2018 et dont le matériel sera revisité jeudi soir, tout commence dans le chaos: «Lorsqu’on commence nos pratiques, chacun de son côté se met à émettre des sons — lui travaille la rythmique, la lutherie électronique, donc des sons plus électroniques, alors que moi je travaille surtout avec des instruments acoustiques dans une approche non traditionnelle. C’est le chaos, le bordel, du bruit, puis tranquillement, y a comme une forme qui se crée là-dedans. On essaie de s’accrocher à elle, puis ça devient quelque chose à partir de quoi on peut continuer à improviser. En résumé, on crée un chaos qu’on tente d’organiser — ou l’inverse, on part de quelque chose d’organisé pour le déconstruire, ce qui est somme toute assez classique comme approche…»

Le tout servi à la puissance maximale: «On aime jouer très fort, on aime ressentir les vibrations dans le corps et les communiquer. Au FIMAV, ils ont la réputation de ne pas décevoir, côté volume, grâce à de bons sonorisateurs et de bons systèmes de son…» Et ce, depuis 35 éditions!

L’influence des musiques électroniques est imprégnée et s’entend même si on joue du violon, disons. Ce background électronique avec lequel on a grandi influence notre manière d’improviser.

Crítica

RNE3: Atmósfera, 8 septembre 2013
lundi 6 mai 2019 Presse

El título del nuevo disco de Martin Bédard habla por sí mismo: Topographies. Se trata de una música llena de tranquilidad pero al mismo tiempo muy dinámica.

En el disco no encontraremos ni un segundo de inactividad, todo él desprende una energía pocas veces vista que atrae a quien lo escucha a espacios densos y opacos que cortan la respiración y que dejan una sensación de vacío cuando deja de escuchar el disco.

Topographies propone cinco obras electroacústicas compuestas entre 2004 y 2012 con el típico sonido compacto de Bédard.

… todo él desprende una energía pocas veces vista que atrae a quien lo escucha a espacios densos y opacos que cortan la respiración y que dejan una sensación de vacío cuando deja de escuchar el disco.

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 6 mai 2019
lundi 6 mai 2019 Presse

Compositrice anglaise, Annie Mahtani aime capturer l’essence des bruits qui nous entourent, rendant audible ce qui est parfois imperceptible.

Racines regroupe 5 pièces composées entre 2008 et 2019, révélant la constance développée par l’artiste au fil des années. Annie Mahtani se révèle être une sculpteuse d’atmosphères enveloppantes, où les field recordings jouent à se superposer tout en gardant une certaine distance et développant un certain minimalisme.

La nature prend des allures diverses, à l’image de notre monde, mais débarrassée de la pollution bruyante qui souvent brouille notre audition. Ici on reste concentré sur chaque élément, sur chaque parcelle sonore qui nous est livrée, donnant une impression de froideur presque clinique, de par leur pureté et leur définition.

On pourrait presque plus parler de sound design à propos du travail d’Annie Mahtani, tant les sons qu’elle élabore sont dessinés et plein de détails, nous renvoyant aux profondeurs des rêves enfouis qui traversent nos nuits. Un travail d’orfèvre qui donne le tournis. Somptueux.

Un travail d’orfèvre qui donne le tournis. Somptueux.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.